Ecoutez Radio Sputnik
    bananes

    Inde: le voleur forcé à manger 40 bananes pour restituer le butin

    © Flickr/ Dan Brickley
    Insolite
    URL courte
    9243

    La police indienne a recouru à un moyen insolite pour récupérer un objet volé.

    La police indienne a employé une technique inédite pour récupérer  une chaîne en or, contraignant un voleur à ingurgiter  40 bananes pour restituer le bijou qu'il avait avalé lors de sa course poursuite avec les policiers, annoncent les médias locaux cités le quotidien The Guardian.

    L'homme avait démenti avoir arraché la semaine passée une chaîne que portait une femme dans une rue de Bombay, mais la radio effectuée à l'hôpital a prouvé le contraire. Un lavement avait dans un premier temps été réalisé, sans succès.

    Les médecins ont alors suggéré une opération, mais la police a estimé que ce serait trop coûteux et opté plutôt pour l'ingestion forcée de bananes.

    "Il a dû manger plus de 40 bananes dans la journée", a expliqué un haut responsable de la police de Bombay, Shankar Dhanavade.

    "La chaîne a finalement été retrouvée. Nous l'avons obligé à la laver et à la désinfecter", a ajouté le policier, avant de préciser que le suspect de 28 ans avait comparu vendredi devant un tribunal et était toujours en garde à vue.

    Selon la presse, ce n'est pas une première. En juillet, un voleur avait déjà dû manger deux dizaines de bananes et boire plusieurs litres de lait mélangé à un laxatif, selon le quotidien Hindustan Times. Le bijou est sorti, mais son  propriétaire dégoûté a refusé de le prendre et l'a porté chez un bijoutier dans un sac en plastique.

    Lire aussi:

    Mort du randonneur français Simon Gautier: une enquête pour «homicide involontaire» en Italie
    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    «Incroyable échange d’uppercuts»: la réunion Macron-Poutine vue par des personnalités françaises
    Tags:
    banane, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik