Ecoutez Radio Sputnik
    Message à la mer découvert en Australie

    Un message à la mer découvert en Australie

    © Photo. Maryanne Jordan Clifford
    Insolite
    URL courte
    1214
    S'abonner

    En Australie, des touristes ont trouvé une bouteille contenant un message de détresse apparemment jeté en mer suite au naufrage d'un bateau.

    En se baladant paisiblement le long de la plage Potato Point, sud de l'Australie, un groupe de touristes est tombé sur une bouteille contenant une feuille froissée. Curieux, ils se sont empressés de lire le contenu de leur retrouvaille.

    "SOS, nous sommes échoués. Nos provisions ne suffiront que pour quelques jours. Il n'y a plus d'essence. Nous manquons d'eau. Aidez-nous. Nous avons peur", lit-on dans la lettre qui date du 2 janvier.

    Le message mentionne également deux prénoms – Nico et Jenny — ainsi que les coordonnées approximatives de l'emplacement du bateau.

    Des sauveteurs australiens ont été immédiatement envoyés sur les lieux. Des hélicoptères ont inspecté au large des côtes entre les villes de Broulee et de Bermagui, précise l'Australian Broadcasting Corporation (ABC).

    Comme les recherches n'ont donné aucun résultat, la police a décidé de vérifier les identités des rescapés. Il s'est avéré que les noms mentionnés ne figuraient pas dans la base de données.

    Le sergent de la police maritime Steve Winslow a déclaré que les forces de l'ordre avaient fait tout leur possible. Il a également annoncé que tout pouvait porter à croire que le message retrouvé n'était qu'une mauvaise blague.

    En tenant compte des courants d'eau, le bateau aurait dû échouer sur les côtes le lendemain de l'envoi de la note.

    Après vérifications, les autorités ont préféré conclure qu'il s'agissait d'un faux.

    Lire aussi:

    El Chapo: vie et tribulations du roi de la cocaïne
    Houston, on a un malade…
    Et hop! Quelques énigmes historiques en moins
    Tags:
    message, bouteille à la mer, mer, naufrage, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik