Insolite
URL courte
8016
S'abonner

Un citoyen américain d’origine chinoise a plaidé coupable de tentative de vol de grains de maïs à des entreprises agro-industrielles américaines. De son propre aveu, il comptait les envoyer par la suite en Chine pour des recherches agricoles.

L'accusé, Mo Hailong, qui vivait ces dernières années dans l'État de la Floride, a été interpellé en décembre 2013.

Les enquêteurs en charge de l'affaire sont parvenus à établir que M. Hailong, qui occupait le poste de PDG pour le développement international de la société agricole chinoise Beijing Dabeinong Technology Group Co, s'était mis en cheville avec un employé de la compagnie chinoise Kings Nower Seed et s'était rendu dans l'Etat de l'Iowa afin de voler des grains dans les champs de maïs appartenant aux compagnies américaines DuPont Pioneer et Monsanto.

Les services de sécurité de la compagnie DuPont Pionner ont aperçu M. Hailong caché dans un champ de maïs. Ils ont fait appel au FBI, dont les agents ont par la suite installé un dispositif de surveillance dans la voiture du Chinois et ont mis son téléphone sur écoute.

De son propre aveu, M. Hailong envisageait d'envoyer les grains à des agriculteurs chinois afin de déchiffrer leur code génétique et de le reproduire en laboratoire dans la mesure du possible. Bien entendu, une telle information relève du secret commercial.

L'affaire en question concerne encore cinq personnes, toutes des ressortissantes chinoises. Cependant, celles-ci ont déjà quitté le territoire des États-Unis.

Le principal accusé a accepté de coopérer avec les enquêteurs. M. Hailong ayant plaidé coupable, le Parquet a requis jusqu'à cinq ans de prison. Dans le cas contraire, il aurait risqué une peine de 10 ans d'emprisonnement. Toujours est-il que l'arrêt n'a pas encore été rendu, rapporte l'AP.

Lire aussi:

La Chine se prépare à acheter l'Europe
L’UE tient toujours la Chine en laisse
En Chine, les adultes préfèrent le coloriage
Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Tags:
crimes, maïs, vol, condamnation, prison, DuPont Pioneer, Monsanto, Floride, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook