Ecoutez Radio Sputnik
    Un artiste syrien déguise des petites réfugiées syriennes en princesses Disney

    "Il était une guerre" : des réfugiées syriennes déguisées en princesses Disney

    © Photo. www.facebook.com/SaintHoax
    Insolite
    URL courte
    598
    S'abonner

    Un artiste syrien déguise des petites réfugiées syriennes en princesses Disney pour montrer l'importance de l'éducation dans les camps de réfugiés.

    Saint Hoax, un artiste syrien, activiste sociopolitique, a dû abandonner son nom. Il est né et a grandi au Moyen-Orient, dans une région où l’art est applaudi tant qu’il n’est pas perçu comme provoquant. 

    En tant qu'artiste syrien, Saint Hoax se sent toujours obligé de rendre hommage à son pays. Et pour cela, selon lui, il faut faire du bruit pour contribuer à une prise de conscience.

    Malheureusement, selon l'artiste, les réfugiés syriens sont de plus en plus associés au terrorisme. Il a donc voulu créer un projet pour lutter contre les stéréotypes que les gens ont sur les réfugiés et pour sensibiliser le public à l'importance de l'éducation des enfants dans les camps de réfugiés.

    "Once Upon a War" ("Il était une guerre") est le résultat de sa "rencontre décisive" avec des filles de réfugiés syriens. Plastik Studios et Saint Hoax ont alors décidé d'organiser une fête costumée dans le camp. Les petites réfugiées ont pris le déguisement de leurs princesses Disney préférées et ont parlé de leurs aspirations.

    Les filles ont vraiment apprécié cette expérience. Pour beaucoup d'entre elles, c'était leur première fête costumée. 

    Hiba est née dans le camp. Elle n'a jamais connu que cette vie. Elle n'a jamais eu une enfance normale et elle était au moins heureuse de faire semblant.

    Saint Hoax souligne qu'en raison de la guerre et des déplacements de population, l'éducation de la plupart des petites réfugiées est perturbée. Cela aboutit souvent à des violences sexuelles basées sur le sexisme, l'augmentation du risque d'exploitation et le mariage précoce lié à une grossesse. Il est très important d'éduquer et de responsabiliser les filles dans les camps de réfugiés.

    Le but de cette campagne est de provoquer une prise de conscience, afin d'offrir à ces filles une meilleure éducation.

    As a result of the Syrian civil war, 4.6 million Syrians have become refugees. As a Syrian citizen myself and as a human, I felt the need to help. MALAAK, an NGO providing aid and education for Syrian refugees, granted me the privilege to collaborate with a group of girls who are temporarily residing in a refugee camp in Akkar, Lebanon. “Once Upon a War” is the outcome of my life-altering encounter with these girls. Most of them never got the chance to play pretend because their reality is over dominating. It is why @PlastikStudios and I decided to throw a costume party in the camp. They got to dress up as their favorite Disney princesses and talk about their aspirations. These girls are real life heroines and I am honored that I got the chance to dream with them. As a celebration of International Women’s Day (March 8), we wanted the girls to document their lives over the next week. We gave them a Snapchat workshop, and they will be taking over my Snapchat account (SaintHoax) starting tomorrow to share their stories with the world. How you can help: Due to war and displacement, the education of most refugee girls is disrupted. This often leads to sexual and gender-based violence, increased risks of exploitation, and early marriage/pregnancy. It’s highly important to educate and empower girls in refugee camps. You can help by donating to @MalaakNGO (Link in bio). #OnceUponAWar

    Фото опубликовано Saint Hoax 🙏🏻 (@sainthoax) Мар 6 2016 в 9:09 PST


    Lire aussi:

    Syrie: trouver refuge dans un camp, et mourir…
    Que rêveriez-vous de faire si vous alliez mourir?
    Elle utilise un voile pour se transformer en princesse de Disney
    Un bateau de croisière de Disney ramasse des migrants présumés
    Tags:
    photo, camp, réfugiés syriens, abus sexuel, éducation, violences, Disney, Saint Hoax, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik