Insolite
URL courte
0 23
S'abonner

Les autorités suisses ont rejeté un projet de loi prévoyant une indemnité pour les dommages causés par les castors sauvages aux infrastructures.

L'initiative, rejetée mercredi 9 mars par le sénat, avait été présentée par le Canton de Thurgovie, où vivent près de 500 castors, rapporte The Local.

Tandis que les autorités fédérales et cantonales suisses indemnisent les propriétaires terriens pour les dommages causés par les castors sauvages aux arbres et aux cultures, aucune aide financière n'est octroyée pour les dommages causés aux infrastructures comme les routes et les installations de drainage. Selon les estimations des initiateurs du projet de loi, les dégâts annuels s'élèvent à un million de francs (plus de 900.000 euros).

Selon Roland Eberle du Parti démocrate-chrétien, l'adoption de la loi aurait un impact positif sur l'attitude de la population envers les rongeurs nuisibles.

"La compassion pour cet animal n'en serait que renforcée", a-t-il ajouté.

Toutefois, selon le sénat, au lieu d'offrir une indemnité, des mesures préventives doivent être prises afin de réduire les dégâts.

Dans certains cas où les castors causent des dommages importants aux cultures ou aux infrastructures publiques, l'Agence fédérale de l'environnement (BAFU) peut autoriser leur capture ou leur élimination.

Les castors ont été chassés jusqu'à leur extinction, il y a près de 200 ans de cela, mais ils ont été réintroduits en Suisse à la fin des années 1950.
Depuis 1962, le castor est une espèce protégée en Suisse. Selon les estimations de la BAFU, la population totale des castors habitants sur les territoires suisses serait de près de 2.800.

Lire aussi:

Un manchot nage 8.000 km pour revoir son sauveur
La passion des papillons pour les larmes de tortue enfin expliquée
Des lézards de 99 millions d'années: clés d'un écosystème perdu
Le SDF décédé au commissariat de Béziers filmé lors de son interpellation musclée – vidéo
Tags:
indemnisation, castors, animaux, Thurgovie, Suisse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook