Ecoutez Radio Sputnik
    La nouvelle vie d’un Américain après sa greffe de visage

    La nouvelle vie d’un Américain après sa greffe de visage

    Youtube / capture d'écran
    Insolite
    URL courte
    5180
    S'abonner

    Quinze ans après un grave accident de route, un ex-officier de l’armée américaine a pu retrouver son ancien visage.

    La médecine moderne fait décidément des miracles. En 2001, Mitchell Hunter a eu un grave accident de la circulation suite auquel il a été amputé de la jambe gauche et surtout gravement brûlé au visage après avoir reçu une décharge de 10.000 volts d'un pylône électrique pendant près de cinq minutes.

    Mais en 2011, la vie de Mitchell Hunter a basculé de nouveau: il est devenu la deuxième personne aux Etat-Unis à subir une greffe quasi-complète du visage. Quatorze heures d'opération ont permis de reconstruire son nez, ses paupières et ont même restauré la sensation sur sa peau.

    "Il est beaucoup plus facile de sortir dans les lieux publics. Il n'y a aucun mauvais regard. Je suis juste un visage parmi d'autres dans la foule, et c'est exactement ce que je voulais", avoue-t-il sur sa page Facebook.

    Finalement, l'homme a pu reprendre une vie tout à fait normale: il a un emploi à plein temps et est capable de faire beaucoup de choses avec son fils, comme l'emmener au cinéma sans être regardé de toutes parts.

    Désormais, son visage est sensible et sa barbe repousse. Sa peau peut aussi sentir la chaleur, la douleur et les bisous.

    "Je voudrais dire aux gens d'arrêter de se tracasser pour de petites choses; vivez la vie. Dites aux gens que vous aimez que vous les aimez, parce que vous ne savez jamais quand tout ça peut vous être retiré", a-t-il conseillé dans une interview au Huffington Post.

    Lire aussi:

    Les biologistes dévoilent le mystère de l’anneau nucléaire
    De nouveaux antibiotiques efficaces contre le cancer?
    Des scientifiques ont déterminé d'où vient la sensation de déjà-vu
    Tags:
    greffe, médecine, accident, transplantation, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik