Ecoutez Radio Sputnik
    Poutine ne laissera pas tomber les astronautes britanniques dans l'espace

    Non, Poutine ne laissera pas tomber les Britanniques dans l'espace

    © Photo. capture d`écran:Youtube
    Insolite
    URL courte
    45733
    S'abonner

    Timothy Peake redoutait que les Russes ne l'abandonnent sur la Station spatiale internationale en raison d'une éventuelle détérioration des relations russo-britanniques. Le président russe s’est porté garant.

    Certains ont le vertige, d’autres ont peur de l'obscurité ou des araignées. Timothy Peake, astronaute britannique, avait une autre phobie: la pensée d'être abandonné dans l'espace.

    Néanmoins, le vice-ministre anglais des Affaires étrangères Tobias Martin Ellwood a assuré les membres du parlement que le président russe Vladimir Poutine avait promis de ne pas lâcher le major Peake sur la Station spatiale internationale.

    Lors des Jeux européens de Bakou qui ont eu lieu à l’été 2015, M.Ellwood,  ami proche de l'astronaute, a profité de son poste afin de demander à M.Poutine de prendre soin d'"un ami qui devra prendre un transport russe" et qui redoutait de rester coincé au terminus de son voyage sans possibilité de rentrer", lit-on dans le quotidien britannique Daily Mail.

    "M.Poutine m'a pris par la main et a déclaré: +M.Ellwood, dites à M.Peake que l'on ne le laissera pas tomber+", raconte l'homme politique anglais, persuadé que la Russie reste toujours un partenaire fiable.

    En décembre 2015, la fusée russe Soyuz-FG a transporté Timothy Peake à bord de la Station spatiale internationale où il passera six mois. Il devrait en repartir le 5 juin 2016, et gageons que les Russes qu'il craint tant le ramènent sain et sauf sur Terre.

    Lire aussi:

    Participer au Marathon de Londres... en orbite
    Un selfie spatial? Pourquoi pas!
    "Tout comme sur la Terre, excepté la pesanteur"
    Tags:
    astronautes, espace, Tobias Martin, Timothy Peake, Vladimir Poutine, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik