Insolite
URL courte
22330
S'abonner

Après de longues années de services, la terreur des souris d’une bibliothèque américaine a été virée. Browser disposait d’un mois pour se trouver un nouveau toit…

Employé exemplaire pourtant, Browser vivait et travaillait dans une bibliothèque américaine dans la ville de White Settlement. Pendant six ans, il chassait les souris, permettait aux enfants de le caresser et se promenait entre les rayonnages.

"Il est avec nous depuis six ans. Il est arrivé parce que, comme beaucoup de bibliothèques, nous avions un problème de souris", explique Lillian Blackburn, professeur à la retraite et présidente de l'organisation The Friends of the White Settlement Public Library, citée par The Independent.

Mais un jour, la carrière de Browser a basculé: le conseil a enregistré plusieurs plaintes contre Browser. Elles provenaient toutes de personnes allergiques aux chats.
La décision ne s'est pas fait attendre, la municipalité a tout simplement prescrit le congédiement du chat. Mais elle était loin de s'imaginer la réaction qui allait suivre cette décision. Et encore moins son ampleur…

#browserthelibrarycat #catsofinstagram

Фото опубликовано White Settlement Library (@wslibrary) Апр 15 2016 в 9:18 PDT

Face à ce qu'ils percevaient comme une injustice, les internautes sont montés au créneau. Une pétition lancée pour renverser la décision du conseil a recueilli plus de 13.000 signatures, le hashtag #SaveBrowser a fait le tour du Web et 1.800 courriels provenant de France, d'Allemange, de Malaisie et du Canada ont été envoyés au maire de la ville Ron White.

Cette immense vague de contestation a fini par faire plier les décisionnaires. Lors d'une réunion organisée d'urgence rien que pour discuter du sort de Browser, la décision initiale a été annulée. Browser est donc resté dans la maison!

Lire aussi:

Un chien choisit un chat dans un refuge pour en faire son meilleur ami
C'est le plus grand des voleurs, oui mais c'est… Ninja le chat!
Un chat qui fait des gifles avec sa queue
Tags:
bibliothèque, chômage, chats, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook