Insolite
URL courte
13103
S'abonner

Le ministre argentin du Travail Jorge Triaca a demandé l'aide de Dieu pour la création de nouveaux emplois dans le pays. Curieusement, ce n'est de loin pas le premier cas où un haut responsable s'adresse directement à la puissance divine.

​"Que Dieu nous aide à protéger les emplois de ceux qui les possèdent et offre de nouvelles possibilités à ceux qui les cherchent", a écrit Jorge Triaca sur son compte Twitter, provoquant des railleries d’internautes.

Or, le ministre argentin n'est pas le premier à avoir demandé l'aide des forces supérieures dans la résolution de tel ou tel problème.

Ainsi, en octobre 2015, un groupe de fonctionnaires du comté de Blount, dans le Tennessee, a mis au point un projet de résolution appelant Dieu à les "épargner" après l'approbation du mariage homosexuel par la Cour suprême des Etats-Unis.

​Fin 2008, le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a prié Dieu de faire arrêter les pluies diluviennes qui dévastaient son pays, faisant des dizaines de morts.

En 2011, Linda Thompson, maire de Harrisburg, capitale de la Pennsylvanie, a annoncé son intention de prier pour que Dieu aide à équilibrer le budget municipal.

Pour sa part, l'ex-premier ministre britannique Tony Blair a reconnu, dans une interview accordée en 2010, qu'il n'avait "jamais demandé à Dieu ce qu'il devait faire".

Le candidat républicain à la présidence américaine Donald Trump, qui se vante d'avoir "d'excellentes relations avec Dieu", a quant à lui affirmé en janvier dernier qu'il ne lui demanderait jamais pardon pour ses pêchés, car il "ne fait pas beaucoup de mauvaises choses".

Lire aussi:

Un homme armé qui menaçait des passants à Avignon tué par la police
Attaque au couteau à Notre-Dame de Nice, trois morts dont un aurait été décapité
Les trois attestations de déplacement différentes obligatoires pour sortir durant le reconfinement 
Le reconfinement pourrait en réalité durer jusqu’à la fin du mois de janvier
Tags:
dieu, religion, Jorge Triaca, Luiz Inacio Lula da Silva, Donald Trump, Tony Blair, Argentine, Royaume-Uni, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook