Ecoutez Radio Sputnik
    Bill Murray

    Personne ne vous croira jamais: Bill Murray pique des frites (Photo)

    © Photo. East News/The Canadian Press
    Insolite
    URL courte
    3121

    Une anecdote sur la star hollywoodienne Bill Murray circule sur Internet: il piquerait des frites dans les assiettes de personnes qu'il ne connaît pas en ajoutant "Personne ne te croira". Nous avons enfin la preuve que cette histoire est bien vraie.

    L'anecdote sur l'acteur Bill Murray, qui selon des internautes serait capable de piquer des frites dans votre assiette au McDo ou de laper une gorgée de votre cocktail à la paille avant d'ajouter "Personne ne vous croira", est enfin confirmée!

    ​Un nouvel incident impliquant l'acteur américain s'est produit dans un restaurant de l'aéroport de l'île de Martha's Vineyard, dans le Massachusetts (nord-est des Etats-Unis). 

    ​Bill Murray a débarqué dans le restaurant en compagnie de deux amis. Il a remarqué un paquet de frites sur une table, s'est approché pour s'en servir avant de regagner sa table sous les rires de la salle.

    L'acteur culte d'Un jour sans fin, de SOS Fantômes, de Broken Flowers et de Lost en Translation est en train de devenir un mème Internet avec d'autres légendes sur ses exploits. Des internautes racontent également qu'un jour, il a décidé de passer de l'autre côté d'un bar pour servir les clients. Mais… il ne donnait que des shots de tequila.

    ​Ou encore, cette anecdote où il a mis les mains devant les yeux et a fait coucou à une personne. Certains affirment même que Bill Murray a débarqué à leur fête et a fait la vaisselle. Il s'agit toujours des histoires d'un type sympathique qui ne fait rien de méchant.

    Lire aussi:

    La guerre des frites déclarée dans une ville belge
    Cela mérite un Emmy: elle parle en direct avec une araignée gigantesque sur son épaule
    «Tu as perdu!», pourquoi Bill et Hillary Clinton se disputent
    Tags:
    frites, anecdote, acteur, Bill Murray, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik