Ecoutez Radio Sputnik
    Un empereur de 300 ans extorque 7 M USD à une femme

    Un empereur de 300 ans extorque 7 M USD à une femme

    © Flickr
    Insolite
    URL courte
    52138316

    Cette Chinoise a donné plus de 7 millions de dollars à un homme prétendant être un empereur chinois miraculeusement ressuscité grâce à un élixir de vie.

    Deux Chinois ont été reconnus coupables d'avoir extorqué à une femme riche 47 millions de yuan (environ 7 millions de dollars), rapporte le South China Morning Post.

    Zheng Xueju s'apprêtait à ouvrir une banque en 2012 dans la ville chinoise de Shenzhen, dans le sud du pays. Un des escrocs s'est présenté comme étant Qianlong, le quatrième empereur de la dynastie Qing, qui a officiellement régné sur la Chine du 18 octobre 1735 au 9 février 1796.

    L'empereur mort il y a plus de 300 ans a expliqué qu'il avait bu un miraculeux élixir de vie et qu'il avait l'intention de reconquérir son statut. Se présentant comme son financier, son complice a promis à la femme de dégeler "l'argent de l'empereur".

    Puis, les deux fraudeurs ont demandé à la Chinoise 2,22 millions de yuan (330.000 dollars) pour acheter la Jadeite Cabbage, une statuette fabriquée d'un seul morceau de jadéite, un minéral vert, et faisant partie de la collection du Musée du Palais à Taipei.

    La femme leur a ensuite donné 15 millions de yuan (2,2 millions de dollars) pour investir dans un système financier "lucratif". Un autre versement de 30 millions de yuan (4,5 millions de dollars) a été destiné à être investis dans une entreprise technologique à Shenzhen.

    Le journal explique que les hommes dépensaient ces sommes rondelettes pour acheter des biens immobiliers, des voitures et des médicaments.

    Lire aussi:

    Un "Bouddha vivant" proclamé imposteur au Tibet
    L''Evangile de la femme de Jésus" vient-il d'un pornographe-escroc?
    Les centres de réfugiés? Un beau cadeau pour les escrocs!
    Tags:
    femmes, argent, escroquerie, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik