Insolite
URL courte
3133
S'abonner

La famille de Miguel Angel Gomar de Luna avait accepté sa mort et répandu ses cendres. Une histoire ordinaire, comme beaucoup d'autres… ou presque. Deux mois après la mort du grand-père, la police l'a retrouvé bien vivant dans les rues de la ville.

Miguel Angel Gomar, un Mexicain âgé de 74 ans, est parti de son foyer de soins pour trouver de l'argent afin d'acheter de l'alcool. Puis on l'a plus revu… Sa famille a alors appelé la police. Plus tard, les officiers ont annoncé qu'ils avaient retrouvé le grand-père, mais que son corps était déjà décomposé et qu'il ne coïncidait pas à 100% avec l'homme recherché. Sa fille, Lucero Gomar Ramos, a vu des photos de son corps, mais il était dans un tel état qu'elle a eu du mal à reconnaître son père.

Selon Mirror, la police l'a ensuite forcée à signer des papiers, car sinon, elle n'aurait pas pu récupérer les cendres de son père. Quelques jours après l'incinération de Miguel, la famille a pu récupérer ses cendres.

Mais le 24 février 2016, la famille a reçu un nouvel appel de la police annonçant que Miguel était bien vivant. Et en état d'ivresse! Il est rentré dans sa famille, avec des bandages autour de la tête qui couvraient des blessures inconnues.

Une vidéo de la réunion bizarre qui a eu lieu à Chihuahua montre Miguel avaler ses mots et dire:

"Ils pensaient que j'étais mort, mais je continuais de marcher, tout simplement".

Sa fille, Lucero, confie:

"Imaginez notre surprise quand nous avons parlé aux policiers qui nous ont dit l'avoir trouvé dans la rue."

Une question demeure pourtant: qui a été incinéré à la place de Miguel? La famille poursuit aussi le combat de retrouver l'identité de ce parent déclaré mort.

 

Lire aussi:

Un grand-père sexy devient viral sur Internet
Pourquoi la poigne de votre grand-père est plus vigoureuse que la vôtre
Poutine, grand-père de petits tigres?
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Tags:
alcool, Chihuahua, Mexico, Mexique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook