Ecoutez Radio Sputnik
    En Indonésie, des cadavres exhumés pour leur refaire une beauté

    Les cadavres exhumés pour leur refaire une beauté en Indonésie

    © Photo. Capture d'écran: Youtube
    Insolite
    URL courte
    12717

    Les paysans indonésiens déterrent leurs proches morts tous les trois ans pour les laver et les habiller dans de nouveaux vêtements.

    Ma'nene ou cérémonie de nettoyage des corps est une tradition depuis 1905 sur l'île indonésienne de Sulawesi (Célèbes) qui démontre l'amour et le respect des vivants pour leurs proches partis.

    ​En plus d'une séance photos familiale, un concours de beauté de la meilleure toilette post-mortem est également prévu au programme. Afin d'éviter la décomposition des corps, les vivants locaux réparent ou changent les cercueils.Les paysans de l'île de Célèbes économisent toute leur vie pour des obsèques solennelles. Faute du manque d'argent, la cérémonie peut être reportée à une date postérieure, après avoir accumulé une somme suffisante, cela pouvant prendre jusqu'à plusieurs années.

    La mort en Indonésie n'est pas le point final de la vie, mais une étape dans une série de réincarnations. L'esprit d'un paysan doit retourner dans son village voilà pourquoi il doit y mourir. De ce fait, dans le cas où un homme meurt loin de son village natal, les habitants du même village font tout pour ramener son corps.

    La tradition de l'exhumation a été préservée à Sulawesi grâce à la situation géographique quasi isolée et éloignée de l'île qui se trouve à 300 kilomètres de l'île de Bornéo. De plus, la plupart des paysans habitent en montagne, formant l'une des communautés les plus fermées du monde. Par exemple, ce n'est que dans les années 1970 que les missionnaires néerlandais sont parvenus à rencontrer la population locale.

    Lire aussi:

    Les mœurs funéraires au Ghana
    De fausses funérailles pour redonner goût à la vie
    Ce resto où les toilettes remplacent les assiettes...
    Tags:
    décès, obsèques, traditions, cadavres, cercueil, Bornéo, Soulawesi, Indonésie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik