Ecoutez Radio Sputnik
    chat

    Les chats domestiques, une catastrophe naturelle?

    © Flickr/ Anssi Koskinen
    Insolite
    URL courte
    301227

    C'est en tout cas ce que pensent les deux auteurs d'un nouveau livre aux États-Unis, qui soulignent le danger qu'ils représentent pour l'écosystème.

    « Les Tueurs câlins » (Cuddly Killers): tel est le nom que l'on pourrait donner aux chats selon le chef du Smithsonian Migratory Bird Center, Peter Marra, et l'écrivain Chris Santella, co-auteurs du livre Cat Wars: The Devastating Consequences of a Cuddly Killer paru la semaine dernière.

    Les chats qui se promènent en liberté représentent, selon eux, une menace écologique majeure: ils tuent chaque année des dizaines de milliers d'oiseaux, de petits mammifères, de reptiles et de lézards, poussant les espèces fragiles vers l'extinction totale sans réelle nécessité vitale — en effet les chats chassent même quand ils n'ont pas faim.

    Aux États-Unis les chats font plus de morts parmi les mammifères et les oiseaux que les éoliennes, les voitures, les pesticides et les poisons, les chocs avec les gratte-ciels et les avions, ainsi que toutes les autres causes anthropiques directes réunies », écrivent les auteurs. Les chats domestiques et de rue sont tous impliqués, d'après les auteurs. Le chat est même entré dans le top-100 des « pires espèces envahissantes » de la planète selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN): le Felis catus occupe la 38e place du classement.

    Selon les auteurs du livre, les chats représentent une menace pour l'écosystème pour d'autres raisons. En particulier, dans la plupart des pays ils sont perçus comme « une forme supplémentaire de pollution de l'environnement… comparable au DDT (ou dichlorodiphényltrichloroéthane) ».

    En 2013, Marra et ses collaborateurs ont décidé de calculer le préjudice annuel des chats errants en recueillant des données issues de milliers de rapports: travaux scientifiques, relevés sur les champs, données des cliniques vétérinaires. Résultat: jusqu'à 4 milliards d'oiseaux, 22 milliards de petits mammifères, 822 reptiles et 299 millions d'amphibiens se font tuer par des chats errants tous les ans rien qu'aux États-Unis.

    Les auteurs du livre espèrent que leurs conclusions pousseront les propriétaires de chats à surveiller davantage les déplacements de leur animal domestique. Pour l'instant, les sondages indiquent que 98% des propriétaires n'estiment pas nécessaire de limiter les déplacements de leurs chats en dehors de la maison.

    Les droits des chats sont également défendus par des organisations qui indiquent que les relations entre les hommes et les chats domestiques remontent à plus de 10 000 ans, et que pendant la majeure partie de cette période les chats vivaient en dehors de la maison (par exemple dans les greniers ou les hangars). Les défenseurs des chats soulignent également que la responsabilité de l'état de la population des souris et des oiseaux ne repose pas seulement sur les prédateurs, mais également sur les gens qui ont décidé de domestiquer des chats sauvages sympathiques.

    Selon les informations, la domestication des chats date d'il y a environ 9 500 ans au Moyen-Orient, près du Croissant fertile où sont nées et se sont développées les anciennes civilisations humaines. La domestication a commencé avec le passage de l'homme à un mode de vie sédentaire, et avec le début de l'agriculture quand sont apparus des excédents de nourriture qu'il était nécessaire de protéger des rongeurs.

    Les chats domestiques se sont avérés particulièrement utiles pour chasser les souris sur les navires, et en suivant les explorateurs européens ils se sont répandus à travers la planète. Leur propagation a inquiété les naturalistes.

    « Les chats, animaux importés, ne doivent pas se trouver en dehors des bâtiments. Ils enfreignent l'équilibre biologique et se transforment en force destructrice parmi les oiseaux et les animaux autochtones », écrivait déjà en 1916 l'ornithologue Edward Forbush.

    Aujourd'hui, ces débats sur la nuisance des chats s'enflamment alors que les programmes capture-neutralisation-retour sont de plus en plus populaires aux États-Unis. Selon le protocole standard du programme, les chats sont capturés, transportés dans une clinique pour être stérilisés ou castrés, puis sont relâchés. Les défenseurs des chats estiment que ce programme est une alternative plus humaine à l'euthanasie, sachant que les colonies d'animaux stérilisés se raréfient et disparaissent. Par contre, les écologistes affirment qu'il n'existe aucune preuve de l'efficacité de ce programme mais qu'il y a des preuves d'aggravation du problème, étant donné que les propriétaires d'animaux domestiques s'en débarrassent de plus en plus volontiers.

    Les orateurs les plus radicaux, dont les propos sont cités dans le livre, comparent les colonies de chats errants aux meutes de pigeons et suggèrent de légaliser l'euthanasie des animaux et la possibilité d'une éradication totale des chats errants. C'est pourquoi Marra et Santella ont intitulé le livre Cat Wars.

    Les auteurs ne savent pas comment remédier à la situation, avec 80 millions de chats qui vivent en liberté dans les rues des villes. Marra et Santella n'excluent pas qu'en dépit de la difficulté et de la douleur, il sera nécessaire de prendre une décision et d'euthanasier les chats errants qui représentent une sérieuse menace pour la santé de l'homme également. Ou réfléchir, proclamer une trêve et trouver le juste milieu.

     

    Lire aussi:

    Quand le chat n'est pas là, les malfaiteurs dansent
    Ce chat qui se promène en robot aspirateur
    Ce chat survit après 16 jours dans les décombres en Italie
    Un chat se bat contre son reflet en slow motion!
    Tags:
    écologie, menaces, animaux, chats, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik