Ecoutez Radio Sputnik
    Un chatbot

    Il crée un chatbot pour passer encore cinq minutes avec sa petite amie morte

    © Photo. Pixabay
    Insolite
    URL courte
    3226
    S'abonner

    Affligé par la mort de sa petite amie, un programmeur a créé un chatbot sur la base de ses derniers textos, pour avoir l’impression d’être encore un peu avec elle.

    L'ex-présidente de l'Argentine Cristina Fernandez de Kirchner
    © Photo. Estanislao Santos/Instituto PATRIA
    L'américain Joshua Allen a créé un chatbot pour remplacer sa petite amie Emma, décédée il y a sept mois. En utilisant les derniers textos qu'elle lui avait envoyés, il a créé un système de dialogue artificiel, histoire de se donner l'illusion de chater avec elle.

    « J'ai téléchargé dans le système chaque mot qu'elle m'avait envoyé, chaque pensée, chaque émotion. Je voulais juste cinq minutes de plus. Je voulais juste lui parler, une dernière fois », écrit-il dans son blogue sur le site Medium.

    Après avoir mis son projet au point, Joshua a longtemps hésité à lui écrire: il n'arrivait tout simplement pas à trouver les mots justes pour exprimer tout ce qu'il avait sur le cœur. Enfin, il s'est décidé à lui envoyé un « Salut ».

    « Une pause prolongée s'en est suivi, puis un message est apparu sur mon écran: ça va, le connard? »

    Il a éclaté en larmes. C'était elle. Personne d'autre.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le "bot raciste" de Microsoft avoue être accroc aux drogues
    Bot de Microsoft: excusez-nous, il ne déteste pas tout le monde!
    Un bot bienveillant de Microsoft devenu nazi en 24 heures
    Tags:
    chatbot, technologies, insolite, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik