Ecoutez Radio Sputnik
    la pomme de terre

    Un appareil photo psychédélique conçu avec une patate et une boite de conserve

    © Sputnik . Yegor Yefremov
    Insolite
    URL courte
    161

    Quand les smartphones de luxe explosent, adieu les gadgets dernier cri! Voilà un appareil photo conçu grâce à des technologies écologiques de pointe.

    Colin Lowe, photographe amateur de la ville australienne d'Albany, a fabriqué un appareil photo improvisé à l'aide d'une pomme de terre. Ensuite, il ne s'est pas arrêté là et a publié ses photos sur sa page Facebook.

    Vraiment, c'est du Hitchcock !

    Une boite de concentré de tomate, deux bobines de pellicule, un peu de ruban d'emballage et d'élastique ont complété le concept. La nouveauté est dotée des caractéristiques techniques suivantes : un sténopé (qui remplace la lentille de prise de vue) de 300 microns, une distance focale de 60 millimètres et un champ de f/200.

    De plus, le dernier modèle n'est pas le seul de la collection de M. Lowe. On trouve aussi une caméra exotique fabriquée avec un mixeur et une noix de baobab.

    L'atout majeur de ce type d'appareil photo est que l'image n'est pas déformée et qu'il offre une plus grande profondeur de champ.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Un frigo intelligent a accédé à PornHub
    Trois ans au fond du Baïkal: une caméra rendue à son propriétaire grâce à une photo
    Comme au cinéma: le top 6 des inventions tout droit sorties des films
    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Tags:
    pellicule, amateur, profondeur, appareil photo, pomme de terre, Facebook, Alfred Hitchcock, Colin Lowe, Albany, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik