Ecoutez Radio Sputnik
    La carte bancaire

    La carte bancaire de la présidente estonienne piratée

    © Flickr/ Phil Campbell
    Insolite
    URL courte
    151
    S'abonner

    On n’envie pas l'attention de la présidente estonienne et les mesures visant à assurer sa sécurité. Un escroc américain a mis la main sur les coordonnées de la carte bancaire de la présidente de l’Estonie, Kersti Kaljulaid, et les a utilisées pour réaliser des achats dans un magasin en ligne pour 2 800 euros.

    Un escroc américain a obtenu les données de la carte bancaire de la présidente estonienne, Kersti Kaljulaid, et a réalisé un shopping pour 2 800 euros, a annoncé le site d'actualités estoniennes Postimees.

    « Le 8 décembre 2016, le Bureau du président a appris qu'un fraudeur non identifié a mis la main sur les coordonnées de la carte bancaire de service de la présidente estonienne et a payé des achats dans un magasin américain pour un montant de 2 800 euros », a indiqué l'édition estonienne.

    Le Bureau du président a réussi à prouver que Mme Kaljulaid n'était pas dans le pays lors de cet incident. Au final, la transaction a été contestée et la totalité de l'argent a été restituée.

    Le 3 octobre 2016, Kersti Kaljulaid a été élue par le Parlement la présidente de l'Estonie à l'issue du sixième tour du scrutin. Elle est première femme élue à la magistrature suprême d'Estonie.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    En Estonie, une passagère d’un autobus remplace un conducteur ivre
    Sputnik prend le flambeau de la liberté d’expression en Estonie
    Président estonien recherché, une offre d’emploi publiée en ligne
    Tags:
    shopping, présidente, carte de crédit, escroc, Kersti Kaljulaid, Estonie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik