Insolite
URL courte
81423
S'abonner

Une étrange créature blanche est venue s'échouer sur une plage des Philippines après le séisme qui a frappé le pays le 10 février. La population locale l’a décrite comme un «monstre marin poilu». Ce «monstre» suscite depuis la curiosité des gens.

Suite aux récents tremblements de terre, une créature blanche a été découverte sur une plage de la ville de Cagdianao, aux Philippines. Les réseaux sociaux regorgent de photos de ce « globster » (néologisme et anglicanisme dérivant de glob, amas de substance informe, et monster, monstre).

​Longue de 4,75 mètres, cette carcasse pourrait être celle d'une baleine ou d'un éléphant de mer, estime Sufenia Chua, membre de l'Institut municipal de l'Agriculture de Cagdianao.

​Selon le spécialiste, certaines espèces seraient capables de "prévoir" ou de détecter un tremblement de terre imminent, ce qui modifierait leur comportement. Certaines se mettraient en quête d'eaux moins profondes pour se réfugier.

D'autres chercheurs locaux ont aussi indiqué qu'il pourrait s'agir du corps d'une baleine pesant près de deux tonnes, qui serait morte il y a deux semaines, après avoir été heurtée par un bateau. Son corps serait devenu blanc à cause de son stade de décomposition avancé.

Séisme
© AFP 2020 Richter magnitude scale
Toutefois, aucune explication scientifique tangible n'a pour l'heure été avancée.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Une créature jusqu’alors inconnue découverte dans un morceau d’ambre
Les Philippines menacent de quitter la Cour pénale internationale après la Russie
Rodrigo Duterte compte sur Moscou pour protéger les Philippines
Tags:
mer, baleine, monstre, plage, animaux, Philippines
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook