Ecoutez Radio Sputnik
    La police arrête un employé de l’Onu impliqué dans des braquages

    La police arrête un employé de l’Onu impliqué dans des braquages

    © Fotolia / nito
    Insolite
    URL courte
    3100
    S'abonner

    Pour ses collègues de l’Onu, Abdullahi Shuaibu était un spécialiste irréprochable. Mais il cachait bien son jeu: sur son temps libre, il menait un tout autre train de vie, s’adonnant notamment au braquage de banques.

    La police américaine a arrêté Abdullahi Shuaibu, un employé de l'Onu âgé de 53 et spécialiste de la communication, sur des soupçons d'implication dans une série de braquages de banques à New-York, a annoncé une chaîne locale NBC citant une source policière.

    Selon les forces de l'ordre, l'homme en question serait impliqué dans quatre braquages au minimum réalisés au cours des six dernières semaines. Il s'agit de la banque HSBC, de deux banques Santander et de la Bank of America. Dans chacun des cas, le suspect a passé une note à un clerc demandant de l'argent.

    La police a accusé M. Shuaibu d'avoir commis deux braquages et deux tentatives de braquage.

    Des caméras de surveillance installées dans les banques montrent un homme qui pille un établissement vêtu de gants blancs tout en communiquant avec son téléphone portable.

    D'après le représentant de l'Onu, Abdullahi Shuaibu n'était pas un salarié régulier de l'organisation.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Braquage à Paris, énième épisode: 2 touristes qataries perdent 5 M EUR
    Sécurité renforcée à la française: braquage pour 500.000 EUR en plein Paris
    Accusée de simuler un braquage, Kim Kardashian obtient des excuses
    Tags:
    voleurs, banques, braquage, ONU, New York, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik