Ecoutez Radio Sputnik
    Le gâteau de mariage royal au Buckingham Palace à Londres, le mercredi 20 juillet 2011

    10.000 USD pour une robe de mariée extravagante … en papier toilette

    © AP Photo / Lewis Whyld
    Insolite
    URL courte
    233

    Une Américaine a remporté le 13ème concours annuel des robes de mariage qui ne doivent être fabriquées qu’en papier toilette. Toutes les tenues extravagantes présentées lors de ce concours sont offertes à une fondation pour les mariées qui n’ont pas les moyens de s’acheter une robe.

    Lors du concours extraordinaire qui a eu lieu jeudi à New-York, le prix de 10.000 dollars a été remporté par une Américaine qui a fabriqué une robe de mariée en papier toilette décorée de 1.500 papillons découpés à la main.

    ​Kari Curletto, une actrice vivant à Las Vegas, n’a utilisé pour la confection de cette robe de mariée que du papier toilette, de la colle, des paillettes et du ruban adhésif. Elle a travaillé à son ouvrage pendant trois mois, la nuit après avoir couché ses enfants.

    «À mi-chemin, je voulais tout abandonner. Je pleurais et pensais: "Eh bien, Je n’y arriverai pas. C'est trop dur. C’est alors qu’un papillon a volé dans ma cour et a atterri sur ma main», a raconté la gagnante émue.

    Mme Curletto a eu à faire à une rude concurrence. Plus de mille robes en papier toilette ont été présentées cette année à la 13ème édition de ce concours.

    À la fin du mois de juillet, toutes les robes seront offertes à une fondation pour les mariées qui ne peuvent pas se permettre de s'acheter une robe.

    Lire aussi:

    Papier toilette «Trump»: de la douceur «sans frontières»
    La Chine prend des mesures pour contrer les voleurs de papier toilette
    10 USD versés à tout Chilien de moins de 18 ans par un producteur de papier toilette
    Du papier toilette pour smartphones dans un aéroport japonais
    Un rouleau de papier toilette nazi mis aux enchères
    Tags:
    papier toilette, robe, mariage, New York, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik