Ecoutez Radio Sputnik
    Brocoli

    Le brocoli n’est pas bon pour la santé… quand il est vendu par des narcotrafiquants

    CC0 / pixabay
    Insolite
    URL courte
    0 22

    Aux États-Unis, deux narcotrafiquants coupables d’avoir fourni à leurs clients du brocoli à la place de marihuana ont été condamnés à une peine de prison.

    Un dealer américain qui vendait du brocoli à la place de drogues a été condamné à 16 ans de prison, relate le site Web d'information Huffington Post.

    Sababu Colbert-Evans a été reconnu coupable d'une tentative de meurtre et de distribution d'une imitation d'un psychotrope. Son complice Tercell Davisn, qui a plaidé coupable, sera également jugé au début d'août.

    L'incident a eu lieu l'année dernière. M.Davis a rencontré des clients souhaitant lui acheter de la marihuana dans la banlieue de Denver et leur a vendu pour 10.000 dollars de brocoli qu'il avait acheté quelques heures plus tôt dans un magasin à proximité.

    Le jour même, les acheteurs ont découvert la supercherie et ont contacté Davis sous un faux nom pour se mettre d'accord sur une nouvelle transaction. Le soir, Davis et Colbert-Evans se sont rendus au rendez-vous avec un nouveau paquet de brocoli. Au final, il y a eu un conflit entre les vendeurs et leurs clients, les dealers ont ouvert le feu et ont tiré sur les acheteurs 11 fois en blessant un au ventre.

    «C'est peut-être la première fois que le brocoli a eu un effet nocif sur la santé de quelqu'un», a déclaré le procureur George Brauchler.

    Lire aussi:

    Près de 40 tonnes de drogues destinées à Daech saisies en Italie
    Une enseignante avec 6 M USD de drogues et deux fusils d'assaut arrêtée aux USA
    Écrans ou drogues? Les jeunes Français choisissent le premier
    Armes, esclaves, drogues… Facebook lance sa plateforme de commerce électronique
    Aux Etats-Unis, un cocktail de drogues dans les rivières souterraines
    Tags:
    marijuana, condamnation, drogue, dealer, Huffington Post, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik