Ecoutez Radio Sputnik
    Les Navy Seals

    Un Navy Seal finit dans les tribunes lors d’un match de foot américain (Vidéo)

    © AP Photo / Pyoung K. Yi
    Insolite
    URL courte
    691

    Chargé de livrer des bannières par parachute à l’occasion d’un match de foot américain interuniversitaire, un membre des Navy Seals s’est écrasé dans les gradins. Heureusement, personne - hormis ce parachutiste malheureux - n’a été gravement blessé.

    Dans la ville de Provo, située au bord du lac Utah, où l'équipe de l'université Brigham Young et celle de l'université du Wisconsin s'affrontaient pour un match amical, un Navy Seal — qui a semble-t-il mal calculé sa trajectoire — a failli provoquer un grave incident en s'écrasant dans les tribunes, relate le portail d'actualités sportives ksl.com.

    Selon le projet initial, des unités spéciales des Navy Seals (force spéciale de la Marine US) devaient déposer par parachute les bannières des deux équipes. Cependant, tout ne s'est pas déroulé comme prévu.

    Dans cette vidéo, on peut voir le Navy Seal se diriger vers les gradins et manquer de renverser au passage deux membres de l'orchestre universitaire.

    Публикация от KSL 5 TV (@kslnews) Сен 16 2017 в 3:19 PDT

    Une fois désempêtré des «décombres», le parachutiste s'est vu prodiguer les premiers soins. Heureusement, personne n'a été blessé.

    Pour rappel, les équipes SEAL sont entraînées pour réaliser un vaste éventail de missions, comme les opérations de reconnaissance spéciale, la guerre non conventionnelle, la défense depuis l'étranger, la libération d'otages, le contre-terrorisme, la préparation du terrain avant un débarquement et la capture de chefs de guerre.

    Lire aussi:

    Cocaïne, ecstasy… la drogue fait des ravages dans l’armée américaine
    Ce bébé phoque veut tout faire comme les marines US (vidéo)
    Deux parachutistes enchevêtrés se précipitent à toute vitesse vers le sol (vidéo)
    Tags:
    insolite, SEALs, Utah, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik