Insolite
URL courte
507
S'abonner

Ressentir la fraîcheur des montagnes en se trouvant dans une ville industrielle polluée est désormais possible depuis l’initiative d’une start-up suisse qui vend des bouteilles remplies de l’air pur alpin.

L'air frais des montagnes suisses peut-il ramener à la nature les personnes qui vivent dans des villes polluées? Une start-up suisse le pense. Lancée la semaine dernière, Swiss Alpine Air met en bouteille l'air frais de la Suisse en vue de le vendre aux habitants des villes fortement polluées ailleurs dans le monde, comme en Chine et en Inde.

«Chaque année, les touristes viennent dans les Alpes suisses pour profiter des vues revigorantes et respirer l'air frais de la montagne. Ce n'est que l'exportation de l'air frais que nous pouvons offrir. Nous exportons déjà l'eau suisse des montagnes, du chocolat et du fromage. Alors, pourquoi ne pas exporter de l'air pur? C'est le meilleur air du monde», expliquent les créateurs du produit.

L'air alpin pur est vendu sur le site de la start-up sous forme d'aérosol. D'un volume de sept litres, une bouteille devrait suffire à 120 respirations.

Selon les producteurs, leur produit aidera les habitants des villes les plus polluées du monde à respirer de l'air pur. Un masque spécial pour la respiration est également attaché à l'aérosol.

À l'heure actuelle, la start-up recherche activement des investisseurs pour promouvoir leurs idées.

120 respirations d'air suisse vous coûteront 19,06 dollars tandis que l'ensemble de trois ou douze bouteilles coûte respectivement 47,70 et 177,60 dollars.

Lire aussi:

«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
Michel Onfray attaque Macron: «On ne peut pas gouverner la France quand on méprise les Français» - vidéo
François Bayrou amené à se justifier sur une photo de lui sans masque dans un aéroport apparue sur les réseaux
Le narratif sur la fin de mandat de Trump sert-il à «donner une leçon à tous les possibles populistes»?
Tags:
air, start-up, Suisse, Alpes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook