Ecoutez Radio Sputnik
    Un travailleur de la santé

    Voici comment plus de 50 millions de personnes meurent chaque année dans le monde

    © REUTERS/ Yun Dong-jin/Yonhap
    Insolite
    URL courte
    10161

    Tous les ans, environ 57 millions de personnes décèdent, et beaucoup d’entre elles ne meurent pas uniquement de vieillesse. En effet, la mortalité dans le monde d’aujourd’hui a de nombreuses causes relatives à notre mode de vie. Mais quelles sont-elles? Sputnik vous propose d’en découvrir quelques-unes, dont les plus inattendues…

    Maladies, accidents, environnement et même gadgets électroniques… La liste des causes, qui entraînent le décès de personnes dans le monde entier, est bien longue. Sputnik vous présente les plus fréquentes.

    Les maladies

    Selon les données de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) mises à jour en janvier 2017, les cardiopathies ischémiques et les accidents vasculaires cérébraux sont les principales causes de mortalité sur notre planète, responsables de 15 millions de décès au total en 2015. Au cours des 15 dernières années, elles ont été la principale cause de mort.

    Les bronchopneumopathies obstructives chroniques ont fait 3,2 millions de morts en 2015, alors que les cancers des poumons ont provoqué 1,7 million de décès.
    Parmi d'autres maladies mortelles figurent également le diabète, la démence, les infections des voies respiratoires inférieures et le VIH/sida.

    La pollution de l'air

    Il faut bien préciser que la plupart de ces maladies sont associées à des risques environnementaux comme la pollution de l'air, de l'eau ou des sols, ainsi que le changement climatique. Cela représente un décès sur quatre au plan mondial, soit presque 12, 6 millions de personnes qui meurent chaque année.

    Les accidents de la route

    Comme le signale l'OMS, les accidents de la route engendrent plus de 1,25 million de décès par an. Ils sont la première cause de décès chez les jeunes entre 15 et 29 ans. Près de la moitié des personnes tuées sont des «usagers vulnérables», à savoir les piétons, les cyclistes et les motocyclistes.

    Si on ne prend pas des mesures nécessaires, les accidents de la route deviendront, selon les projections, la septième cause de mortalité d'ici à 2030, met en garde l'institution internationale.

    Les suicides

    Près de 800.000 personnes se suicident tous les ans. C'est la deuxième cause de mortalité chez les 15-29 ans. Quelque 78% des suicides ont lieu dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Parmi les méthodes les plus courantes pour mettre fin à ses jours figurent l'ingestion de pesticides, la pendaison et les armes à feu.

    Les gadgets électroniques

    Ces derniers temps, de plus en plus de personnes trouvent la mort à cause de leurs gadgets électroniques, et notamment en se prenant en photo dans des endroits dangereux, par exemple, sur les voies ferrées.

    L'Inde est le «leader» de ces tristes statistiques, 60% des «morts par selfie» ont eu lieu dans ce pays, selon une étude de l'année dernière portant sur la période de mars 2014 à septembre 2016.

    Attaques de serpents, scorpions et…hippopotames

    Bien entendu, les animaux tuent moins de personnes que les maladies ou les accidents de la route. Pourtant, chaque année, 50.000 individus trouvent la mort à cause de morsures de serpents et entre 1.000 et 5.000 personnes décèdent d'attaques de scorpions.

    L'hippopotame, considéré comme le plus dangereux animal d'Afrique, tue 2.900 personnes par an.

    Parmi d'autres causes figurent également les conflits armés, les attentats, l'alcoolisme, les drogues, des accidents domestiques, les meurtres et les catastrophes naturelles.

    Lire aussi:

    Cette maladie serait plus dangereuse que les maladies cardiaques d'ici 2020
    La cause de la mort prématurée de centaines de milliers d'Européens dévoilée
    Les monstres les plus sanguinaires de la planète qui seront ravis de vous tuer
    Tags:
    serpent venimeux, maladie, route, véhicule, morts, scorpion
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik