Insolite
URL courte
253624
S'abonner

Un scientifique américain a proposé une nouvelle théorie audacieuse qui pourrait expliquer pourquoi, malgré les nombreuses observations d'OVNIS qui ont été rapportées, les extraterrestres seraient réticents à se dévoiler à l'humanité.

John A. Ball, radioastronome du MIT, Massachusetts Institute of Technology, soutient que les extraterrestres pourraient ne pas être très enclins à entrer directement en contact avec les humains parce qu'ils se comportent essentiellement comme des gardes-chasse.

Selon Science Examiner, l'astronome postule que ces visiteurs venus d'ailleurs sont plus avancés et intelligents que les humains mais en même temps n'ont pas la capacité de dominer complètement l'espace. Par conséquent, il prétend qu'ils préfèrent garder un œil sur nous de loin.

Fondamentalement, les activités extraterrestres ressemblent à celles des gardiens de zoo ou des gardes-chasse dans les réserves naturelles, car elles leur permettent de «nous observer discrètement mais ne pas barboter».

«Je suggère, premièrement, que l'humanité n'est ni seule ni numéro 1. Les civilisations avancées existent et exercent un certain contrôle sur la galaxie, Deuxièmement, elles sont conscientes de notre existence, au moins à un certain niveau, mais se sentent-elles concernées par nous? Nous pouvons être seulement une entrée obscure dans leur cartographie des régions habitées de la galaxie. Troisièmement, nous ne les connaissons pas parce qu'ils veulent que nous ne les connaissions pas, ils se cachent (Mais cela signifie qu'ils se soucient de nous, alors pourquoi se cacher?), ou parce que nous ne sommes pas (encore) assez intelligents pour savoir qu'ils sont là, mais ils se moquent de savoir que nous savons», a écrit Ball.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
«Syndrome de l’escargot»: ces Français qui préféreraient rester confinés
Israël, Royaume-Uni: les vaccins inefficaces face au variant Delta?
Tags:
motivation, extraterrestres, Massachusetts Institute of Technology (MIT), John A. Ball, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook