Insolite
URL courte
382
S'abonner

Grâce à une étude menée par une chercheuse de l’Université du Sussex, Jenny Morris, on sait désormais pourquoi la plupart d’entre nous tendent à manger trop même quand notre estomac est plein.

La chercheuse de l'Université du Sussex, Jenny Morris, a dévoilé quelques raisons qui contribuent à la gloutonnerie, relate The Conversation.

La taille de la portion est une des raisons de la gloutonnerie confirmées récemment par une expérience lors de laquelle on a demandé à des participants de finir une assiette de soupe.

Certaines assiettes étaient remplies de soupe sans cesse à l'aide de tubes connectés sans que les participants ne s'en soient rendus compte. Au terme de cette expérience il s'est avéré qu'en dépit du fait que certains participants aient mangé 73% de soupe en plus par rapport à d'autres, tout le monde s'est senti rassasié.

En outre, selon l'étude, plus la personne voit de plats devant elle, plus elle mange. Ainsi, si la table regorge de nourriture, on peut «avaler» quatre fois de plus que d'habitude.
D'après Jenny Morris, regarder la télé ou lire, ainsi que consommer de l'alcool influent également sur le volume du repas qu'on mange. Selon la chercheuse, quand une personne se voit distraite ou si elle consomme des boissons alcoolisées, elle est capable de manger plus.

Finalement, la présence d'autre gens peut également vous «faire» dévorer plus de plats. Comme l'a expliqué Mme Morris, en voyant d'autres personnes manger, on est tenté de goûter le même plat, ce qui contribue aussi à la gloutonnerie.

Lire aussi:

Crise du Covid: «leur stratégie de déni ne fait que renforcer la défiance des Français à l’égard des politiques»
Un professeur juge le décolleté d'une collégienne de 14 ans provocant, elle se sent «humiliée» - photo
20 pompiers accusés de viols sur une adolescente: la mère de Julie enrage contre la justice
Flambée des hospitalisations en France pour la première fois en plus de deux mois
Tags:
tube, plat, télévision, nourriture, alcool, repas
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook