Ecoutez Radio Sputnik
    Tempête de neige

    «Cyclone explosif» aux USA, une «arme climatique de Poutine», ironisent les internautes

    CC0
    Insolite
    URL courte
    11244

    Voitures prisonnières de la glace, forte tempête de neige, il s’agit, selon les internautes d’un véritable «cyclone explosif» qui a envahi l’État américain du Massachusetts et, certainement, de «l’ingérence» russe dans l’ordre des choses de la nature…

    Une vidéo apparue sur le Net et présentant les froids extrêmes qui se sont abattus dans l'État américain du Massachusetts a fait spéculer les internautes à ce sujet. Cette forte tempête de neige aux États-Unis ne peut être que la suite du l'utilisation de l'arme climatique par Vladimir Poutine, ironisent-ils.

    Les internautes ont largement réagi à cette courte vidéo sur Youtube. Plusieurs internautes estiment qu'il s'agit d'une période glaciaire qui s'est abattue sur les rues du Massachusetts. D'autres ont notamment qualifié la tempête de neige d'«arme climatique» du Président russe.

    «Il [Vladimir Poutine, ndlr] détruit l'économie et les infrastructure américaine», a estimé l'utilisateur Cattefaie Blaec.

    «Le cyclone explosif est un agent russe. C'est une ingérence russe au climat démocratique», ironise Sergueï Korsak.

    Les internautes ont également noté que ce temps rappelait les froids sibériens, alors que plusieurs ont fait une analogie avec l'apocalypse.

    «C'est une adaptation du film Le Jour d'après», écrit un utilisateur.

    «Le cyclone explosif» s'est abattu sur les États-Unis le 4 janvier, dans plusieurs États la température est descendue en-dessous de zéro, y compris en Californie et en Floride.

    Lire aussi:

    L’Afrique du Sud sous la neige: une première depuis 10 ans (images)
    «Armageddon de neige»: des Britanniques réagissent aux chutes de neiges record en Russie
    L'océan gelé dans le Massachusetts? Incroyable! (vidéo)
    Tags:
    tempête de neige, neige, Vladimir Poutine, Massachusetts, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik