Insolite
URL courte
7142
S'abonner

Une vague de froid sans précédent s’est abattue sur le nord de la Chine. La province du Heilongjiang, dans le nord-est du pays, a connu mardi son jour le plus froid de cet hiver. Les températures descendues sous les — 40°C y ont permis de battre par endroits le record historique, annoncent les autorités météorologiques chinoises.

Seize villes et districts du Heilongjiang ont connu leurs températures les plus basses depuis que les observations météorologiques y sont consignées. Dans le district de Huzhong au Grand Khingan, des thermomètres ont affiché —50°C. Le district de Mulan a enregistré —43,1°C, température la plus basse depuis 57 ans, selon l'agence Chine nouvelle.

​À cause de ces températures extrêmement basses, un brouillard glacial a recouvert le district de Mohe où la visibilité n'atteint même pas les 50 mètres.

Le 23 janvier, des températures inédites ont également été enregistrées à Harbin, le froid glacial ayant fait dégringoler le mercure jusqu'à —43,1°C, mais les habitants de cette ville du nord du pays bravent le froid anomal et se divertissent. Ils lancent par exemple de l'eau bouillante en l'air qui gèle immédiatement. Des nouilles ou un œuf se transforment en glace en moins d'une minute.

​Selon les prévisions de l'observatoire local, ce froid extrême venu de Sibérie devrait persister jusqu'à jeudi. Le record de l'année dernière était de —31,4°C. Les spécialistes constatent que la Chine affronte sa pire vague de froid depuis trente ans.

Lire aussi:

Une nouvelle vidéo montre ce qui se passe juste avant la mort de George Floyd
Un drone filme une foule détruire une colonne entière de voitures de police à Philadelphie – vidéo
La taxe qui avait provoqué le mouvement des Gilets jaunes remise sur la table par un conseiller de Macron
Un camion force son passage parmi des manifestants à Minneapolis prêts à lyncher le conducteur – vidéos
Tags:
météo, ville, record de température, froid, Xinhua, Heilongjiang, Sibérie, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook