Insolite
URL courte
13353
S'abonner

En raison d'une marée basse record causée par la «Super Lune bleue de sang» et d'un manque de pluie, la lagune vénitienne s'est vidée d'une grande partie de son eau.

Alors que la France est en proie aux inondations à cause de pluies diluviennes, la cité des Doges connaît quant à elle l'exact opposé. Outre le manque de pluie ces derniers temps à Venise, la récente «Super Lune bleue de sang» a provoqué des marées basses inhabituellement basses, entraînant un recul record du niveau de l'eau.

En conséquence, les balades en gondoles, embarcations emblématiques de la ville italienne, ont été interrompues jusqu'à nouvel ordre. Le phénomène naturel peu ordinaire a permis aux touristes de prendre des photos impressionnantes de gondoles échouées dans des canaux asséchés:

​Il est à souligner que la cité des Doges fait face à ce phénomène pour la troisième année consécutive.

Le manque d'eau perturbe la circulation des services de secours et l'approvisionnement des commerces.

Le quotidien des habitants locaux et les séjours de touristes, qui sont nombreux en cette période de carnaval et à l'approche de la Saint-Valentin, sont en outre gâchés par les odeurs qui se dégagent de la vase stagnante.

Le canal principal de Venise est cependant resté ouvert, permettant ainsi aux bateaux-bus de converger vers l'un des seuls axes encore praticable de la ville.

Selon The Independent, le record de retrait des eaux dans les canaux de Venise a été enregistré en 1934, lorsque le niveau avait baissé de 121 cm. En ce qui concerne la situation actuelle, les autorités s'attendent à un retour à la normale d'ici le 9 février.

Lire aussi:

Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Tags:
tourisme, eau, Italie, Venise
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook