Ecoutez Radio Sputnik
    L'armée d’argile

    Un Américain vole le pouce d’un «soldat» chinois vieux de 2.200 ans

    © Wikipedia /
    Insolite
    URL courte
    9224

    Un Américain de 24 ans a cassé et volé le pouce de l’une des statues de l’armée d’argile, un ensemble de près de huit mille statues de soldats et chevaux en terre cuite, représentant les troupes du premier empereur chinois, faisant partie de l’exposition du Franklin Institute à Philadelphie.

    Le 21 décembre dernier, un jeune Américain a pénétré dans une salle déjà fermée du Franklin Institute, où était exposée l'une des statues du Mausolée de l'empereur Qin, et a volé le pouce gauche de cette dernière, relate le journal The Beijing Youth Daily.

    Les employés du musée ne se sont rendu compte de ce vol que le 8 janvier. Quelques jours plus tard, des agents du FBI ont réussi à identifier le voleur, filmé par une caméra de surveillance, qui n'a pas tardé à leur remettre son petit «souvenir». Toujours est-il que des poursuites judiciaires ont été lancées à son encontre.

    Le musée a déjà présenté ses excuses aux propriétaires de la collection.

    Cette célèbre armée en terre, formée de milliers de soldats en terre cuite avec leurs chevaux, a été mise au jour en 1974 par des paysans qui creusaient un puit près de la nécropole de Qin Shihuang, le premier empereur de Chine.

    L'armée de terre cuite, également parfois appelée armée d'argile, représente l'une des découvertes archéologiques les plus importantes du XXe siècle.

    Qin Shihuang (ou Qin Shihuangdi) est resté dans l'Histoire comme l'unificateur de l'empire chinois et le fondateur de la dynastie Qin (221 à 206 avant J.-C.).

    Lire aussi:

    Quand la neige rend les pandas de Chine follement heureux (vidéos)
    Étonnante découverte dans une tombe vieille de 2.300 ans en Chine
    Investissements: la Chine se prépare à la fin de la guerre en Syrie
    Tags:
    Armée de terre cuite de l'empereur Qin, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik