Ecoutez Radio Sputnik
    Un bigfoot

    Le mystère de la célèbre vidéo du bigfoot des forêts de Californie est dévoilé

    CC0 / Pixabay
    Insolite
    URL courte
    371

    Depuis son apparition en 1967, cette vidéo montrant une créature censée être un bigfoot est l'objet de discussions entre scientifiques et personnes persuadées de l'existence de cet hominidé. La version remasterisée de la vidéo permet enfin de faire la lumière sur ce mystère.

    En 1967, cette vidéo avait fait l'effet d'une bombe. Ses auteurs, Roger Patterson et Robert «Bob» Gimlin, avaient prétendu avoir filmé dans une forêt du nord de la Californie un bigfoot femelle. Les nouvelles technologies ont permis de stabiliser et d'agrandir les images de la créature et ainsi de diminuer le nombre de ceux qui croient toujours à son existence.

    La vidéo publiée sur le site Reddit montre plus nettement que la dynamique des mouvements du bigfoot coïncide avec celle d'un être humain. De nombreux utilisateurs des réseaux sociaux sont parvenus à la conclusion que la vidéo était un faux.

    «Je n'ai jamais rien vu de plus ressemblant à un homme en costume. Parfois, je me demandais si la vidéo était authentique, mais maintenant il n'y a aucun doute», explique l'un d'entre eux.

    La vidéo originale a été reconnue comme étant un faux en 1999, après que Bob Heironimus, un assistant de Roger Patterson, a avoué qu'il portait un costume de gorille. Dans un communiqué de presse, il a déclaré: «Je dis la vérité. Je suis fatigué depuis 37 ans». Cependant, même après cette déclaration, certains continuaient de croire que les images montraient un véritable spécimen de bigfoot.

    Lire aussi:

    «Comme Jackie Chan»: un costume «fait-maison» de ce Chinois fait le buzz (vidéo)
    Fusillade dans l'hôpital d'une base militaire américaine: une fausse alerte
    Rien à voir ici… juste une blonde nue achetant du champagne à une station-service (vidéo)
    Tags:
    Bigfoot (sasquatch), vidéo, Califorie du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik