Ecoutez Radio Sputnik
    Explosion d'une bombe nucléaire (image d'illustration)

    Les effets d’une frappe nucléaire contre votre ville: testez une carte interactive

    CC0 / Pixabay
    Insolite
    URL courte
    295231

    Combien de personnes perdraient la vie et à quelles conséquences serait confrontée l’humanité si une guerre nucléaire était déclenchée? Une carte interactive mise au point par l’organisation à but non lucratif Outrider Foundation répond à ces questions.

    L'organisation à but non lucratif Outrider Foundation a présenté une carte interactive qui permet de prendre conscience des effets d'une éventuelle frappe nucléaire contre toute ville de la planète.

    «Nous vivons dans un monde dangereux. Les armes nucléaires ne nous mettent pas en sécurité, au contraire. Évaluer les dangers est le premier pas pour apporter un changement vers un avenir plus sûr», a indiqué Tara Drozdenko, directrice générale de l'organisation Outrider Foundation citée par le site Gizmodo.

    Ainsi, c'est pour que chacun puisse estimer les conséquences d'une frappe nucléaire contre sa ville que cette carte a vu le jour. Grâce à elle, les personnes intéressées pourront voir en détail ce qui se passerait si une explosion avait littéralement lieu dans leur cour. Pour cela, il sera nécessaire d'indiquer le nom de la ville et le code postal.

    En outre, les utilisateurs peuvent choisir le type de bombe. Le service en propose quatre, dont la Hwasong-14 élaborée par la Corée du Nord ou le Tsar Bomba développée en URSS.

    Le simulateur permet également de choisir entre une bombe qui exploserait en tombant au sol ou dans l'atmosphère.

    Lire aussi:

    Une explosion nucléaire près de la Maison blanche modélisée par des experts américains
    Des sous-marins britanniques lanceraient des drones pour espionner les Russes
    Les bombes les plus puissantes larguées lors des guerres
    Tags:
    conséquences, explosion nucléaire, armes nucléaires, carte, URSS, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik