Ecoutez Radio Sputnik
    Un crocodile

    La police saisit 50 crocodiles vivants à l'aéroport d'Heathrow

    © Sputnik . Natalya Seliverstova
    Insolite
    URL courte
    170

    Une cargaison de 50 crocodiles importés illégalement a été saisie à la fin du mois d'avril à l'aéroport Heathrow de Londres, selon le journal Evening Standard, qui précise que les animaux avaient été expédiés de Malaisie.

    La police chargée de lutter contre le trafic des espèces protégées a découvert à l'aéroport d'Heathrow une cargaison de 50 crocodiles répartis dans cinq boîtes en provenance de Malaisie, a annoncé le journal Evening Standard.

    « Les crocodiles avaient commencé à se battre entre eux pendant le vol parce que leur espace était restreint. Peu d'attention a été consacrée à leur bien-être», a déclaré Grant Miller, chef de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES) à l'aéroport d'Heathrow.

    Il a par ailleurs déploré la mort de l'un des animaux transportés dans ces conditions.

    Les reptiles, de jeunes crocodiles marins âgés d'un an, étaient arrivés de Malaisie et destinés à une ferme où ils devaient être élevés pour leur viande. Or le règlement des transports n'avait pas été respecté: les 50 animaux étaient répartis dans cinq boîtes dont chacune est destinée à accueillir seulement quatre spécimens. Le mode de transport n'étant pas conforme au règlement, cela invalidait automatiquement le permis d'importation le rendant ainsi illégal, a précisé le journal.

    Actuellement, les animaux ont été pris en charge et devraient prochainement retrouver la Malaisie, a-t-il ajouté.

    Lire aussi:

    Quand les chasseurs deviennent la proie: attaque de crocodile en Australie (vidéo)
    78 crocodiles s'évadent d'un zoo chinois
    Pas de souci, je le mangerai plus tard! Un homme élève un crocodile dans un étang public
    Tags:
    trafic, crocodiles, espèces menacées, aéroport de Heathrow, Malaisie, Royaume-Uni, Londres
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik