Ecoutez Radio Sputnik
    Une photo de Pluton prise par New Horizons

    Une planète malgré tout? Des scientifiques proposent de réviser le statut de Pluton

    © AP Photo / NASA
    Insolite
    URL courte
    1110

    Deux chercheurs américains proposent de redéfinir la notion de planète afin de la rendre plus adaptée aux dernières découvertes scientifiques. Par conséquent, Pluton pourrait redevenir une planète.

    L'astrobiologiste David Grinspoon et le chercheur Alan Stern, membre de la mission New Horizons, se sont opposés à la décision de l'Union astronomique internationale qui en 2006 a révisé la notion de planète, en déclassant Pluton, la faisant de ce fait passer dans les planètes naines. Ils ont publié un article consacré à ce sujet dans The Washington Post.

    Les deux scientifiques ont proposé leur vision de cette notion en déterminant des critères, tels que leurs conditions géologiques et climatiques, qui permettent de classifier un corps comme une planète. Selon eux, deux découvertes les ont conduits à cette révision: l'existence des exoplanètes qui orbitent autour d'autres étoiles et de petits objets glaciaux.

    D'après les auteurs de cette publication, l'Union astronomique internationale ne qualifie de planètes que celles qui orbitent autour du Soleil. De plus, le statut dépend de leurs capacités d'expulser des objets qui orbitent à proximité. Si un tel critère est appliqué, la Terre n'aurait pas pu être qualifiée de planète au cours des premiers 500 millions d'années de son existence.

    Les chercheurs soulignent que les planètes naines, dont Pluton, peuvent être considérées comme planètes à l'instar du Soleil qui est une étoile naine.

    Lire aussi:

    Une grande planète naine découverte au-delà de l'orbite de Neptune
    Des astronomes ont trouvé une nouvelle menace pour la vie extraterrestre
    Deux nouvelles planètes cachées au fin fond du système solaire?
    Tags:
    planète, chercheurs, Union astronomique internationale (UAI), Soleil, Pluton
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik