Ecoutez Radio Sputnik
    Océan

    La fosse des Mariannes est-elle polluée jusqu’à une profondeur de 10.000 m?

    CC BY-SA 2.0 / Tetsuji Sakakibara / 151026-3_丸瀬〜平瀬_5
    Insolite
    URL courte
    108

    La fosse des Mariannes a récemment révélé une surprise désagréable. Des spécialistes de l’Institut océanographique japonais (JAMSTEC) ont trouvé un sac plastique à une profondeur de 10.000 m dans la fosse des Mariannes. Les écologistes alarmés expriment leurs inquiétudes concernant une forte pollution de notre planète.

    D'après la revue Marine Policy, les spécialistes de l'Institut océanographique japonais (JAMSTEC) ont annoncé avoir trouvé un sac plastique à une profondeur de 10.000 m dans la fosse des Mariannes, la fosse océanique la plus profonde au monde. Cette nouvelle est très inquiétante selon les écologistes. Elle montre la grave ampleur de la pollution due au facteur humain actuellement sur notre planète. 

    Selon les spécialistes ce n'est pas la première fois, qu'ils trouvent des déchets au fond de l'océan. Depuis 30 ans, dans le cadre du projet JAMSTEC, les scientifiques ont ramassé plus de 3000 ordures dans les hauts fonds océaniques. C'est un nombre énormément élevé. Au total, des plongeurs et des submersibles ont été envoyés dans les fonds marins environ 5000 fois ces dernières années. D'après eux, se sont surtout des déchets en plastique, des emballages non réutilisables, qui sont présents à une profondeur de 6000 m. Parmi les déchets récoltés au fond de l'océan, on trouve ensuite des ordures métalliques.

    Les chercheurs s'inquiètent que la pollution puisse causer un dommage irréversible et fatal aux écosystèmes en eaux profondes.

    Lire aussi:

    Pollution des océans: le plastique comme un poisson dans l’eau
    Un dauphin trouve une mort terrible en Thaïlande
    Les déchets américains malvenus en Chine
    Tags:
    déchets, océanographie, plongeurs, science, sac en plastique, pollution, écologie, océan, fosse des Mariannes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik