Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    La fuite massive de données Facebook aurait été provoquée par des tests psychologiques

    © REUTERS / Dado Ruvic
    Insolite
    URL courte
    204

    L’application myPersonnality qui propose à ses utilisateurs de passer des tests psychologiques a permis de recueillir les données personnelles de trois millions d’internautes dans le but de les utiliser à des fins scientifiques. Mais selon New Scientist, leur faible protection a été utilisée à son profit par Cambridge Analytica.

    Les données personnelles d'environ trois millions d'utilisateurs de Facebook qui ont participé à des tests psychologiques à l'aide de l'application myPersonnality ont été en accès libre pendant quatre ans, fait savoir le magazine scientifique New Scientist qui a mené sa propre enquête à ce sujet.

    L'application myPersonnality est un projet de l'Université de Cambridge lancé en 2007. Elle permettait aux internautes de passer des tests psychologiques, certains d'entre eux ayant accepté de partager les données de leurs pages Facebook avec cette application. Les créateurs de ce projet ont réussi ultérieurement à recueillir ces informations, les rendre anonymes et à les partager avec d'autres chercheurs.

    Ces données dont l'âge, le sexe, la localisation et les résultats des tests psychologiques étaient «extrêmement sensibles» et devaient rester confidentielles. Néanmoins, selon le média, elles n'ont pas été suffisamment protégées puisque le mot de passe permettant de les télécharger était en accès libre pendant quatre ans.

    D'après New Scientist, Facebook a commencé à examiner myPersonnality dans le cadre de l'enquête sur Cambridge Analytica. Le 7 avril il a suspendu les activités de l'application en expliquant que celle-ci violait la politique de confidentialité du réseau social.

    Le 4 avril Mike Schroepfer, directeur de la technologie (CTO) de Facebook, a annoncé que les données d'au moins 87 millions de profils d'utilisateurs de Facebook, principalement des résidents américains, avaient été partagées avec Cambridge Analytica.

    Auparavant, The New York Times avait révélé que Cambridge Analytica avait utilisé illégalement les données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook pour évaluer les préférences politiques des électeurs et mieux cibler la campagne de l'élection présidentielle de l'actuel Président des États-Unis. Le procureur du Massachusetts, Maura Healey, a adressé aux dirigeants du réseau social une lettre leur réclamant des explications et a annoncé l'ouverture d'une enquête sur Facebook et Cambridge Analytica.

    Lire aussi:

    Cambridge Analytica dans le viseur d’une enquête du FBI
    Facebook révèle combien de profils auraient été exploités par Cambridge Analytica
    Cambridge Analytica révèle les clauses de son contrat avec Facebook
    Tags:
    application, données personnelles, confidentialité des données, Facebook, Inc, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik