Ecoutez Radio Sputnik
    Un avion de ligne en atterrissage

    Un incident à bord hors du commun provoque un atterrissage d’urgence au Portugal

    © Sputnik . Maksim Blinov
    Insolite
    URL courte
    155912

    Un passager d’un Boeing de la compagnie Transavia a causé beaucoup d’ennuis au personnel de bord et à ses compagnons de voyage. Son odeur était si forte et désagréable que les gens qui l’entouraient ont commencé à s’évanouir.

    Un Boeing de la compagnie néerlandaise Transavia Airlines reliant les Pays-Bas et l'Espagne a effectué un atterrissage d'urgence au Portugal à cause d'un passager particulièrement malodorant, informe The Daily Mirror.

    Les autres passagers de ce vol qui s'étaient retrouvés assis près de cet individu ont commencé à s'évanouir et à vomir. Le personnel de bord a tenté de l'isoler dans les toilettes mais cela n'a pas amélioré la situation. Alors les pilotes ont pris la décision de faire atterrir le Boeing au Portugal où le passager a été contraint de quitter l'avion.

    Ses «victimes» ont reçu des soins médicaux.

    «Il semble qu'il ne s'était pas douché depuis plusieurs semaines», a raconté un passager de ce vol.

    Les représentants de la compagnie aérienne ont confirmé que l'avion avait atterri d'urgence pour des «raisons médicales», sans préciser si des accusations étaient portées contre le passager coupable de cet incident.

    Ce n'est pas la première fois que Transavia fait face à des problèmes concernant l'odeur de ses passagers. En février, l'un de ses avions avait également atterri d'urgence après qu'un passager a eu une crise de météorisme qui avait provoqué une bagarre à bord.

    Lire aussi:

    La triste fin du passager dont l’odeur a provoqué un atterrissage d’urgence au Portugal
    Un accro au travail provoque l’atterrissage d’urgence d’un avion en Chine
    Une odeur nauséabonde force un avion à atterrir d'urgence
    Tags:
    avion, atterrissage d'urgence, Boeing, Portugal, Pays-Bas, Espagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik