Ecoutez Radio Sputnik
    Spider

    Une famille de mygales s’installe dans la maison d’un policier

    CC0 / Josch13
    Insolite
    URL courte
    227

    Une boîte abandonnée sur un terrain de jeux a déclenché une alerte dans une ville du sud de la Russie. Et le gang de bestioles exotiques à huit pattes découvert à l’intérieur n’a pas laissé indifférente la police…

    Contrairement aux ours, on ne rencontre pas tous les jours des mygales dans les rues des villes russes, même au sud du pays. Et l'histoire de ce policier est l'exception qui confirme la règle.

    Appelé pour examiner un colis abandonné sur un terrain de jeux dans la ville de Briansk, les agents de police n'ont rien trouvé de suspect, à l'exception peut-être d'une boîte… pleine d'araignées exotiques. Cette dernière a été emmenée dans le commissariat pour établir son propriétaire. C'est là que l'a aperçue le policier Evgueni Sinkov. L'homme a raconté qu'il s'était intéressé à ce genre de bestioles avant de faire l'armée.

    Un expert a pu identifier les araignées comme des mygales brésiliennes vendues largement dans des magasins d'animaux et que certains habitants de Briansk tiennent comme bêtes de compagnie. À l'âge adulte, les spécimens sont venimeux, mais passent à l'attaque exclusivement quand ils se sentent menacés. Néanmoins, pour l'homme la piqûre de la mygale n'est pas dangereuse.

    La boîte d'araignées a passé au commissariat plus d'un jour alors que son propriétaire ne s'empressait pas à répondre aux multiples appels lancés sur les réseaux sociaux. Face à ce silence, Evgueni Sinkov a tendu la main aux bestioles et les a installées chez lui.

    Lire aussi:

    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    EN CONTINU Au moins 13 blessés dans une explosion à Lyon: Macron parle d’une «attaque» (images)
    Au Maroc, «l’atmosphère est particulièrement hostile à ceux qui ne veulent pas jeûner»
    Tags:
    animaux domestiques, police, araignée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik