Insolite
URL courte
364978
S'abonner

Un mari indien a demandé de divorcer de sa jeune femme après avoir découvert qu'elle avait une «barbe» lorsqu'elle a enlevé son voile pour la première fois après le mariage.

Un Indien s'est adressé à un tribunal pour demander de divorcer de sa femme, en disant qu'elle portait une barbe et ressemblait à un homme, relate The Times of India.

Le mari mécontent dit n'avoir jamais vu le visage de sa femme avant le mariage parce qu'elle portait un voile. Quand il est allé la voir pour la première fois, son visage était couvert. Sa belle-famille ne lui permettait pas de voir son visage, l'expliquant par une tradition sociale.

Il ne l'a pas non plus entendu parler parce que leur alliance a été organisée par ses beaux-parents.

Après le mariage, il a découvert qu'elle avait des poils sur le visage et «ressemblait à un homme».

«Quand j'ai vu Rupa [le prénom a été changé] pour la première fois, elle avait du maquillage. Après avoir passé sept jours avec elle, je suis sorti de la ville pour mon travail. Après mon retour, j'ai remarqué qu'elle se faisait pousser une barbe, et j'ai aussi réalisé qu'elle avait l'air d'un homme», raconte le mari.

Par conséquent, il a demandé le divorce, mais le tribunal a rejeté son appel, en disant que les raisons avancées n'étaient pas suffisantes pour une rupture officielle.

La femme a admis avoir développé une pilosité faciale et avoir une voix grave à cause de problèmes hormonaux, mais cela pourrait être corrigé par un traitement, selon elle. Elle a affirmé au tribunal qu'elle était victime de violence physique et mentale et que son mari avançait de fausses raisons pour divorcer pour tenter de l'expulser de leur maison.

Lire aussi:

Le coronavirus fera-t-il de la Chine le nouveau maître du monde?
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Tags:
foulard islamique, divorce, barbe, mariage, Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook