Ecoutez Radio Sputnik
    La caméra vidéo

    Des larmes de crocodile? Une présentatrice US pleure, mais personne ne la croit

    © Fotolia / Xy
    Insolite
    URL courte
    7010

    Les utilisateurs des réseaux sociaux ont critiqué la journaliste politique américaine de la chaîne MSNBC Rachel Maddow pour ses larmes «feintes» lors de son émission diffusée en directe. L’Américaine a été prise d’émotion en lisant une information sur les enfants de migrants retirés à leurs parents.

    Aux États-Unis, la présentatrice de télévision Rachel Maddow a été critiquée sur les réseaux sociaux après avoir, selon les internautes, faussement pleuré lors de son émission diffusée en directe. La journaliste s'est laissée attendrir lorsqu'elle lisait les informations relatives aux fonctionnaires qui retirent des enfants de migrants à leurs parents à la frontière américano-mexicaine.

    Maddow a commencé à lire son texte mais s'est brusquement arrêtée, comme si elle contenait ses larmes, puis a ricané pour essayer de cacher une situation embarrassante. Cependant, elle n'a jamais pu se ressaisir et a vite terminé l'émission.

    Certains spectateurs n'ont pas cru à la sincérité des émotions de la présentatrice, qui n'avait jamais perdu son contrôle. De plus, les utilisateurs des réseaux sociaux ont été gênés par le rire de la journaliste qui montre qu'elle ne se croyait pas elle-même.

    «​Où étaient les larmes de Rachel Maddow pour les enfants d'immigrés en 2014?»

    «Et l'Oscar va à…»

    ​«Pour une raison quelconque, je ne me souviens pas de Rachel Maddow pleurer sur les scènes d'enfants massacrés à Gaza au cours des années passées»

    Lire aussi:

    L'ex-chef du renseignement US accuse la Russie de diffuser des «fake news» sur elle-même
    Retour vers le futur: une scène jouée par Trump il y a 26 ans refait surface en politique
    Match revanche de bras de fer: Macron tient plus que bon face à Trump (vidéo)
    Tags:
    hypocrisie, larmes, présentateur de télévision, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik