Ecoutez Radio Sputnik
    An-2

    Un avion russe disparu en 2002 avec 717 kg d'or à son bord probablement retrouvé

    © Sputnik . Varvara Gertïe
    Insolite
    URL courte
    6791

    Des chercheurs russes n'excluent pas que l'avion An-2 découvert sur le fond d'un lac de Transbaïkalie pourrait être celui qui avait mystérieusement disparu dans la région d'Irkoutsk en 2002 et qui transportait 717 kg d'or.

    En sondant le fond d'un lac de Transbaïkalie (la région au sud du Baïkal), des chercheurs ont localisé les débris d'un avion An-2. Les images mises en ligne par l'un des membres de l'expédition, Rudolf Kavchik, montre le fuselage de l'avion couvert d'un épaisse couche de vase ce qui n'empêche pour autant pas de lire le nom de la compagnie aérienne russe Aeroflot.

    Pièces d'or
    © REUTERS / 1715 Fleet - Queens Jewels

    Selon l'auteur de la vidéo, l'avion gît à une profondeur de 5 à 6 mètres non loin de la rive et il est impossible de pénétrer à l'intérieur de l'épave. L'examen de son fuselage a montré plusieurs trous et l'absence partielle des ailes.

    Bien que le numéro de l'avion n'ait pas encore été découvert, M. Kavchik suppose qu'il s'agit de l'avion An-2 qui a disparu dans le ciel de la région d'Irkoutsk le 30 septembre 2002. Plusieurs médias russes avaient annoncé ce jour-là que l'appareil avec trois membres d'équipage, un technicien et un passager à son bord avait disparu des radars quelques minutes après son décollage de l'aérodrome de la ville de Bodaïbo.

    Ce qui fait rêver le chercheur, c'est le fait que l'avion en question transportait 717 kg d'or extrait d'une mine de la région. Il reste à attendre les prochaines expéditions qui doivent montrer ce qui se trouve effectivement à bord de cet avion mystérieux.

    Lire aussi:

    Un avion espion de l’Otan a failli heurter un vol d’Air France près du Japon
    Perdre des pièces d’un avion en plein vol, le crash assuré?
    Un avion disparaît des radars aux États-Unis
    Tags:
    An-2, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik