Ecoutez Radio Sputnik
    serpent à sonnette

    Passion vénéneuse: l’amourette de deux serpents-rois interrompt le trafic (vidéo)

    CC0 / Foto-Rabe
    Insolite
    URL courte
    260

    Deux fringants serpents se sont adonnés aux plaisirs charnels au beau milieu d’une route californienne, forçant les conducteurs à interrompre leur trajet automobile le temps d’un rendez-vous.

    Quand la passion frappe au beau milieu d'une route californienne agitée! Deux serpents se sont adonnés aux plaisirs de l'amour sur une chaussée du comté de Sonoma poussant les conducteurs à stopper net leurs voitures et à perturber le trafic.

    Parmi ceux qui ont dû interrompre leur trajet, Corbbin Goldsmith, en route chez des amis, a pu profiter de cette pause forcée pour immortaliser le papillonnage des deux reptiles.

    «Ma première pensée a été, oh non, ces serpents sont en train de s'attaquer mutuellement», raconte l'homme, cité par le site MSN.

    «Alors que je regardais et attendais que les deux «amoureux» poursuivent leur chemin, un coureur qui passait par là s'est approché de moi et m'a aidé à identifier les serpents», poursuit-il.

    Les deux hommes en concluent qu'ils observent l'accouplement de serpents-rois, une espèce rare en Californie et qui est fort heureusement inoffensive pour l'homme.

    La scène dure une dizaine de minutes, la présence humaine ne semblant pas vraiment gêner les deux tourtereaux. Les deux témoins décident finalement de déplacer délicatement les deux amoureux hors de la chaussée à l'aide d'un bâton.

    «Ç'a été une expérience incroyable pour moi. Nous n'avons que quelques occasions comme ça dans une vie de vivre quelque chose d'aussi rare», conclut un Corbbin impressionné.

    Lire aussi:

    Dans ce village d’Égypte, on chasse et on élève des serpents venimeux depuis 300 ans
    La plupart des internautes ne voient pas de serpent sur cette photo
    Un serpent surgit du capot d'une voiture
    Tags:
    trafic, Serpents, Californie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik