Insolite
URL courte
109
S'abonner

Une Sud-coréenne qui devait dormir dans un cercueil dans le cadre d'un rituel spirituel destiné à lui porter bonheur a été retrouvée morte après s’être étouffée dans la stèle, scellée.

Une femme a étouffé dans un cercueil fermé lors d'une cérémonie pseudo religieuse dans la ville de Gumi, dans la région centrale de la Corée du Sud, relate The Telegraph.

La femme, qui n'a pas été identifiée mais qui aurait la quarantaine, participait à une cérémonie thérapeutique «pseudo-religieuse», selon la police. Le rituel a eu lieu pendant la nuit. Trois femmes ont dû dormir dans des cercueils de bois, croyant que passer la nuit dans ce «lit» les débarrasserait des mauvais esprits et leur assurerait plus de chance à l'avenir.

Elles sont entrées dans les cercueils jeudi vers 20 heures. La femme qui décèdera plus tard a essayé de sortir de son cercueil environ deux heures après, se plaignant de ne pas pouvoir respirer et qu'il faisait trop chaud. Elle a été convaincue de continuer le rite par ses amis. Vers 6h30 du matin, l'une des deux autres femmes s'est réveillée et a soulevé les couvercles des cercueils pour trouver l'une de ses amies endormie, mais l'autre morte.

La «pseudo-religion» à laquelle appartenaient les femmes fait partie de l'un des nombreux cultes qui ont surgi en Corée du Sud ces dernières années, promettant de résoudre toutes sortes de problèmes personnels, spirituels ou financiers, selon la police.

La chaleur extrême qui a frappé la péninsule coréenne ces dernières semaines, les températures diurnes avoisinant les 40 °C et celles des nuits ne différant que de quelques degrés, pourraient avoir contribué à la mort de la femme.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
cérémonie, cercueil, religion, Corée du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook