Ecoutez Radio Sputnik
    troupeau de vaches

    Sècheresse désastreuse: un énorme troupeau de vaches en quête d’eau en Australie (vidéo)

    © REUTERS / David Gray
    Insolite
    URL courte
    206

    Alors que la sècheresse qui frappe l’Australie est considérée comme la pire depuis 400 ans, les animaux sont ceux qui en souffrent le plus. Sur une vidéo filmée par un drone, on peut voir des centaines de vaches qui entourent un camion transportant de l’eau pour apaiser leur soif.

    L'État de la Nouvelle-Galles du Sud en Australie connaît l'une des sécheresses les plus graves de son histoire. Selon l'Université de Melbourne, elle pourrait être la plus sévère depuis 400 ans, selon news.com.au.

    En premier lieu, la sécheresse la plus forte touche les bovins, nombreux dans cette région qui est considérée comme le centre agricole de l'Australie. Sur une vidéo prise depuis un drone, on peut voir plusieurs centaines de vaches qui ont littéralement assiégé un camion en essayant de s'abreuver.

    Selon les données du journal, des animaux dans cet État meurent de soif chaque jour. En raison des problèmes de distribution de l'eau, les agriculteurs doivent conduire leurs troupeaux sur des dizaines de kilomètres ou approvisionner constamment leurs réservoirs d'eau, comme l'a fait le propriétaire du bétail sur la vidéo. Malgré les efforts des agriculteurs, les animaux continuent de mourir.

    Afin de soutenir les agriculteurs qui subissent les conséquences de la sécheresse, le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a débloqué une allocation de 190 millions de dollars australiens sur le budget. En outre, les médias et les organisations publiques du pays collectent activement des fonds auprès de la population pour aider les animaux.

    Lire aussi:

    Rencontre près d’un point d'eau
    La sécheresse étouffe le monde
    Un ministre afghan à Sputnik: 20 des 30 provinces sont frappées par une sécheresse inédite
    Tags:
    eau, sécheresse, vaches, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik