Ecoutez Radio Sputnik
    Une hôtesse de l’air

    Une compagnie aérienne propose de la «chair fraîche» à un de ses passagers

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    Insolite
    URL courte
    3515

    Un jeune britannique a eu droit à un menu «spécial» lors d’un vol de la compagnie Malaysia Airlines de Bali à Kuala Lumpur. Non, il ne s’agit pas d’un menu sans gluten ou d’un repas casher. Il lui a été servi de la viande… crue.

    Lors d'un vol de Malaysia Airlines de Bali à Kuala Lumpur, le touriste britannique Jamie Farrar, âgé de 26 ans, a eu droit à un déjeuner particulier prenant la forme d'une portion de viande crue, comme l'écrit The Sun.

    Au cours de son déjeuner, il a coupé un morceau de poulet, couvert de gratin et puis il a découvert que sa viande était tout simplement crue. Ayant refusé de la manger, Jamie n'a reçu aucune autre portion.

    «Une hôtesse de l'air, qui maîtrisait mal l'anglais, a dit que le poulet était congelé, a haussé les épaules et est partie», a raconté le touriste au journal.

    Le jeune homme se souvient également que la plupart des passagers du vol ne parlaient pas anglais et ne pouvaient pas répondre à ses questions sur la qualité de leur nourriture. «Je crains que d'autres personnes à bord puissent aussi recevoir de la viande crue en guise de déjeuner», a ajouté Jamie.

    Lorsque l'avion a atterri, Jamie a écrit sur la page Facebook de la compagnie aérienne pour signaler l'incident et demander des explications. On lui a promis de régler la situation, mais il n'a ensuite reçu de nouvelles sur cette question que quatre mois plus tard.

    «Un représentant de la compagnie aérienne a présenté ses excuses, mais à ma question sur les indemnités qui me sont dues, il n'a rien répondu», a déclaré le jeune homme.

    Lire aussi:

    Lorsqu’on a très faim
    Les pires inondations qu’a connues Paris en 400 ans
    Poutine annonce quand il acceptera l’invitation au restaurant d’Erdogan
    Tags:
    compagnie aérienne, avion, viande, Bali
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik