Insolite
URL courte
101316
S'abonner

Nessie, le célèbre monstre du Loch Ness, semble avoir de nouveau apparu au plus grand bonheur de certains amateurs de mystères: une touriste canadienne vient de filmer un objet étrange à la surface du lac le plus connu et le plus mystérieux d’Écosse.

Le monstre du Loch Ness, mythe ou réalité? En attendant d'avoir une preuve scientifique de l'existence de la bête, il n'y a pas d'autres choix que d'observer le Loch Ness dans l'espoir de repérer le célèbre monstre… Une touriste canadienne, Lynn Lock, a photographié quelque chose pouvant faire figure de monstre du Loch Ness, rapporte The Scottish Sun.

Lors d'un voyage en Écosse, Lynn a décidé de se rendre sur les rives du célèbre Loch Ness avec son mari et sa fille.

Près du château d'Urquhart, à environ 45 mètres du rivage du Loch Ness, où Nessie a été le plus souvent «observé», la femme a remarqué quelque chose qui bougeait sous l'eau.

«Quand nous étions dans le château, j'ai remarqué que quelque chose bougeait dans l'eau, faisant des bulles. Il a plongé une ou deux fois sous l'eau avant de refaire surface», a déclaré la touriste.

Le rapport de Lynn Lock est déjà le septième pour cette année et a été enregistré surle Registre officiel des observations du monstre du Loch Ness.

Le monstre du Loch Ness, que les touristes ont commencé à surnommer affectueusement Nessie dans les années 1930 pour le rendre moins effrayant, désigne une créature lacustre légendaire supposée vivre, ou avoir vécu, dans le Loch Ness, un lac d'eau douce des Highlands, en Écosse. Ce fruit de l'imaginaire humain est devenu emblématique de la cryptozoologie.

Lire aussi:

Pourquoi la tempête Alex attendue en France est-elle qualifiée de «bombe météorologique»?
«Une opération inadmissible»: LREM se lance dans une campagne d’affichage illégale dans toute la France
«La pire expression du racisme»: la mort sous les insultes d’une femme autochtone à l’hôpital ébranle le Canada
Tags:
Nessie, Loch Ness, Royaume-Uni, Écosse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook