Insolite
URL courte
5211
S'abonner

Des utilisateurs du service Google Maps ont découvert sur des images prises dans le cimetière Martha Chapel au Texas (Etats-Unis) ce qu’ils pensent être le fantôme d’une fillette, caché derrière un arbre. Mais d’autres internautes avec un peu moins d’imagination supposent qu’il s’agit en fait d’une simple image truquée.

Les images du cimetière Martha Chapel au Texas, publiées sur Google Maps, ont fait le buzz sur les réseaux sociaux, certains internautes y voyant ce qu'ils pensent être le fantôme d'une petite fille, relate le tabloïde The Daily Star

Sur ces photos, des arbres entourent des pierres tombales dispersées, mais derrière l'un d'eux on distingue la silhouette d'une jeune fille, de couleur bleuâtre. En arrière-plan il y aurait même une figure recouverte d'une cape noire. 

De nombreux internautes se disent sceptiques quant à l'authenticité de ces images, dont une compilation a été publiée sur la chaîne YouTube The Hidden Underbelly 2.0:

«C'est une petite fille qui se cache derrière un arbre et simplement une feuille coincée dans une clôture.»

«Voilà un beau montage.»

«Bien que cela me donne le froid dans le dos, c'est juste une enfant qui joue.»

D'autres supposent au contraire qu'il pourrait s'agir du fantôme d'une fille assassinée cruellement, sans toutefois donner plus de détails.

«Peut-être qu'elle a été victime d'un meurtre ou bien elle a tout simplement pu mourir dans un accident.»

Quant à Google Maps, les responsables de l'application s'abstiennent pour le moment de tout commentaire.

Lire aussi:

Un mort et un blessé par balles devant un hôpital à Paris - images
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’explosion sur le site nucléaire iranien a été organisée par Israël, affirment le renseignement US et l’Iran
La droite pourrait perdre ses deux principaux candidats possibles à la présidentielle de 2022
Tags:
fantôme, insolite, Google, Texas, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook