Insolite
URL courte
192
S'abonner

Une habitante de Virginie a trouvé dans son jardin un visiteur inattendu mais surtout très étrange, à savoir un serpent à deux têtes. Le reptile est actuellement confié à des zoologues.

Une vipère à deux têtes, rare et venimeuse, a été découverte la semaine dernière dans le nord de la Virginie, relate USA Today. Un organisme d'État a pris en charge les soins de ce rare serpent, dans l'espoir qu'il sera un jour exposé dans un zoo.

Ce serpent venimeux, appartenant à la famille des vipères, est une découverte «extrêmement rare» dans la nature, a déclaré à USA Today l'herpétologue J.D. Kleopfer, spécialiste des reptiles et des amphibiens pour le département de la chasse et de la pêche continentale de Virginie.

Les serpents affichant une telle mutation ont du mal à survivre dans la nature, a déclaré M.Kleopfer. En partie parce que les deux têtes veulent souvent faire «deux choses différentes».

Ce serpent particulier était jeune, environ deux semaines, et petit, faisant environ 15 cm de long.

Une analyse a permis de déterminer que la tête gauche du serpent avait l'œsophage dominant et que la tête droite avait une gorge plus développée pour manger, apprend-on d'un post de M.Kleopfer sur Facebook.

D'habitude, les serpents de ce type atteignent 46 à 92 cm de long. Bien qu'ils ne soient pas connus pour être agressifs, ils attaquent parfois les humains lorsqu'ils sont dérangés. L'échantillon trouvé n'était probablement pas très dangereux. A son âge, la vipère attaquait principalement les insectes, selon l'expert.

Lire aussi:

Voici la nouvelle attestation de déplacement à télécharger - photo
La façade de la Banque de France en feu à Paris, les tensions se poursuivent - vidéos
Projectiles, véhicules incendiés, gaz lacrymogène: la manifestation contre la loi Sécurité globale dégénère à Paris
L'hommage de Macron à Maradona indigne le Venezuela qui le tacle sur les Gilets jaunes
Tags:
reptiles, insolite, serpent venimeux, serpents, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook