Ecoutez Radio Sputnik
    Éléphant

    Un visiteur d’un zoo saute dans l'enclos des éléphants et voici ce qui arrive (vidéo)

    CC0 / christels
    Insolite
    URL courte
    21113

    Est-ce pour se reposer ou pour voir des éléphants de plus près qu’un visiteur d’un zoo à Copenhague a décidé de s’introduire dans leur enclos? De toute façon, quelle qu’ait été sa motivation, les animaux n’ont pas apprécié et ont tout fait pour chasser l’intrus. La scène a été filmée.

    Les éléphants ne sont pas si aimables que cela: c'est ce qu'a dû se dire un visiteur d'un zoo de Copenhague après avoir eu l'idée de rentrer dans l'enclos des éléphants.

    Dès qu'il s'est retrouvé à l'intérieur, l'homme s'est assis paisiblement sur une pierre dans l'espoir que personne n'allait l'apercevoir, écrit le quotidien britannique The Daily Mail.

    Néanmoins, les animaux ont rapidement repéré l'intrus et ont commencé à s'approcher de lui, en brandissant leurs trompes et en piétinant sur place.

    Dans le même temps, les plus vieux éléphants protégeaient un petit. Effrayé, l'homme a tenté de s'éloigner des éléphants mais ces derniers voulaient s'assurer que l'indésirable les laisserait tranquille et ne menacerait pas leur petit.

    Il a alors levé les bras en reculant tandis que les éléphants le poursuivaient.

    L'homme n'était visiblement pas conscient que malgré leur image de géant aimable, les éléphants peuvent devenir très dangereux lorsqu'ils sont agités ou se sentent menacés. Ces mammifères, qui sont les plus grands animaux terrestres vivant actuellement, sont responsables d'un grand nombre de décès humains chaque année.

    Lire aussi:

    Moment émouvant: des centaines d’éléphants honorent la mémoire de leur meneur mort (vidéo)
    Thaïlande: devenu enragé, un éléphant piétine à mort un touriste
    Furieux contre le manque de référendums, les Allemands lancent un éléphant dans les rues
    Tags:
    touristes, vidéo, danger, animaux, éléphants, zoo de Copenhague, Copenhague
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik