Insolite
URL courte
18415
S'abonner

Préparant un discours à Bruxelles, Jean-Claude Juncker a exécuté une petite danse tout comme l'avait fait la Première ministre britannique Theresa May mercredi lors de la clôture du congrès conservateur à Birmingham. Pourtant, ce choix du président de la Commission européenne n'est pas resté sans critique.

Peut-être inspiré par les mouvements de Theresa May sur la chanson Dancing Queen du groupe ABBA, Jean-Claude Juncker a décidé lui-aussi faire une petite danse devant le public qui attendait son discours à l'occasion de la Semaine européenne des régions et des villes à Bruxelles.

Bien que cette danse ait fait rire ceux qui se trouvaient dans la salle, certains ont trouvé que par cela le président de la Commission européenne voulait se moquer de la Première ministre britannique.

Ainsi, le journaliste de The Daily Telegraph James Crisp en a directement accusé M.Junker et via son Twitter a proposé au porte-parole de la Commission européenne Margaritis Schinas et à la porte-parole de M.Junker Mina Andreeva de dire ce qu'ils en pensaient.

​M.Schinas n'a pas tardé à lui répondre sur Twitter en évoquant les paroles d'une autre chanson d'ABBA: «que serait la vie? Sans une chanson ou une danse que sommes-nous?»

«Détends-toi James. Sans une chanson ou une danse, que serait notre vie? Cela n'a visé personne. Une improvisation au moment où la musique continuait à jouer avant qu'il ne puisse commencer son discours. Un grand respect pour Theresa May a été montré à plusieurs reprises en public et démontré dans la pratique», a-t-il écrit.

Lire aussi:

Didier Raoult: «Il faut que l’exécutif se garde de faire de la médecine à notre place»
Covid-19, en continu: avec près de 10.000 morts, les États-Unis s’apprêtent à vivre «un moment semblable à Pearl Harbor»
Le traçage numérique pour combattre la pandémie «sera soutenu par les Français», estime Castaner - vidéo
Un énorme requin-baleine tourne autour du bateau de deux enfants et de leurs parents – vidéo
Tags:
danse, Commission européenne, Theresa May
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook